Des Schaerbeekois comptent les véhicules, les cyclistes et les piétons dans leur rue

Telraam compte en temps réels véhicules, cyclistes et piétons
Telraam compte en temps réels véhicules, cyclistes et piétons - © Rtbf

Quel est exactement le trafic routier dans votre rue? Aucune donnée publique n'existe actuellement à ce sujet. La start-up louvaniste Mobiel 21 a mis au point "Telraam" (de "tellen": compter et "raam" : fenêtre), un dispositif permettant de compter en temps réel (sauf par temps sombre) les piétons, les cyclistes et les véhicules motorisés qui passent en rue. 

Une caméra reliée à un ordinateur

A Schaerbeek, avenue Princesse Elisabeth, Frédéric Broes a installé une caméra à la fenêtre du 1er étage donnant sur la chaussée. L'appareil enregistre chaque passage et transmet les données à un ordinateur. Frédéric connaît donc précisément le nombre et le type de véhicules ou de piétons qui passent chaque jour. "Pour cette rue-ci, vous voyez que vous avez environ 300 voitures par heure actuellement. Et vous avez des pics d'environ 800 voitures en heure de pointe. (...) On s'est rendu compte d'une densification du trafic parce qu'évidemment il y a des maisons qui sont divisées, donc il y a de plus en plus de population au même endroit. L'accessibilité des voitures fait que beaucoup de gens s'équipent et du coup on a vu une augmentation du trafic. Mais on voulait une vision objective de ce qui se passait."

Installés en nombre suffisant dans une commune, Telraam pourrait constituer une excellente aide à la décision pour les autorités politiques chargées de l'aménagement de l'espace public et de la politique de mobilité locale. Dans la rue de Frédéric, par exemple, les cyclistes sont très peu nombreux. La présence d'un site propre pour le tram en plein milieu de la chaussée ne laisse plus beaucoup d'espace pour les vélos. 

Intéressant aussi pour la qualité de l'air

 Le dispositif Telraam permet aussi d'établir des corrélations entre la quantité de véhicules dénombrée et la pollution de l'air. Frédéric Broes joue en effet sur les deux tableaux. A côté de sa caméra, il a installé un capteur de micro-particules sur le balcon. "Je peux ainsi mettre en rapport le nombre de véhicules comptabilisés et l'évolution de la qualité de l'air. C'est fortement corrélé et c'est assez effrayant", explique Frédéric. 

Bien sûr, l'installation n'est pas gratuite. Mobiel 21 la met à disposition à Bruxelles pour 90 euros. Pour l'instant, un subside régional couvre totalement ce montant. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK