Des locataires du Logement bruxellois régulièrement privés de chauffage et d'eau chaude

Un immeuble où la chaudière fonctionne de manière aléatoire
Un immeuble où la chaudière fonctionne de manière aléatoire - © Rtbf

La première chose qui frappe, quand on arrive au n°150 de la rue aux Laines, après avoir sonné, c'est la tête de la locataire, Edda Simeone, qui apparaît à la fenêtre de son appartement du deuxième étage. "Je vous ouvre, le parlophone est en panne". Depuis qu'elle a emménagé en janvier 2017, Edda Simeone n'a jamais connu le parlophone autrement qu'en panne. 

Un chauffage "aléatoire"

L'ascenseur, lui, fonctionne. Pour le moment. Edda Simeone se souvient de son dernier séjour en Amérique latine, pour aller voir ses enfants. "Je suis partie un mois et demi. A mon départ, l'ascenseur était en panne. A mon retour, il l'était toujours". Mais ce qui préoccupe notre locataire ce samedi, c'est le chauffage. Régulièrement, la chaudière s'arrête, privant les habitants de chauffage et d'eau chaude. En pleine période d'examens, les enfants vivant dans l'immeuble ont donc dû étudier dans le froid. 

Edda Simeone est du genre minutieux. Elle note tout : les incidents, les dates, les heures. Et puis, elle téléphone ou elle écrit aux responsables du Logement bruxellois. Parfois, un employé vient relancer la chaudière et les habitants profitent de la chaleur avant la panne suivante. Souvent, la société reste sans réaction et les locataires subissent le froid dans leurs appartements. 

"Ca fait depuis la mi-décembre que c'est aléatoire. Ca peut être trois ou cinq jours d'affilée que ça fonctionne et puis tout d'un coup, ça saute tout le temps. (...) Entre les fêtes, on a eu souvent ça. La chaudière se mettait en route la nuit. Donc on pouvait prendre une douche à partir du moment où ça fonctionnait."

Une nouvelle chaudière pour avril

Lionel Godrie est le directeur général du Logement bruxellois, une des plus importantes SISP (société immobilière de service public) de la Région bruxelloise. Il est parfaitement conscient des problèmes que vivent les locataires de la rue aux Laines. La société a investi 1 million d'euros dans l'achat de nouvelles chaudières. Celle installée au 150 rue aux Laines dépasse les 35 ans d'âge. Elle sera remplacée en avril, en même temps qu'une dizaine d'autres du parc de logements de la SISP. Les habitants sont donc invités à prendre leur mal en patience d'ici là. En espérant que l'hiver reste clément. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK