Des enseignants non payés en arrêt de travail à Woluwe-Saint-Pierre

Le centre scolaire Eddy Merckx.
Le centre scolaire Eddy Merckx. - © Google Street View

Une cinquantaine d’enseignants du centre scolaire Eddy Merckx à Woluwe-Saint-Pierre ont marqué un arrêt de travail lundi pour dénoncer les dysfonctionnements administratifs, ont annoncé conjointement mardi les syndicats CGSP-Enseignement de Bruxelles et SLFP. De nouvelles actions sont envisagées dès lundi prochain, date butoir où la commune doit avoir remis les documents nécessaires au paiement des enseignants temporaires à l’administration de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Une réforme qui engendre du retard

Les enseignants temporaires n’ont pas reçu leurs salaires depuis la rentrée de septembre. La réforme des titres et fonctions a révélé d’importants problèmes administratifs au sein du pouvoir administrateur. La commune n’a toujours pas été en mesure de fournir les documents requis à l’administration de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Un arrangement a été trouvé en attendant que la situation soit régularisée. Une avance a ainsi été accordée aux enseignants non payés contre signature d’une reconnaissance de dettes, mais la moitié d’entre eux n’ont pas reçu le versement promis.

La commune doute

Une affirmation des syndicats que réfute l'échevin en charge de l'enseignement à Woluwe-Saint-Pierre, Serge de Patoul (DéFI). "Je suis surpris. A ma connaissance, tous les enseignants concernés ont reçu cette avance. Mais quand je demande aux syndicats de me fournir davantage de précisions, je n'ai aucune réponse. Soit on me fournit la liste de celles et ceux qui n'ont rien reçu, soit c'est faux. Et s'il y a eu une erreur, nous la corrigerons immédiatement, c'est une évidence."

De manière plus générale, Serge de Patoul dénonce une action "pas très maligne, uniquement due à des retards administratifs, qui concernent de nombreuses autres communes."

Les syndicats, eux, soulignent également que le personnel statutaire ne reçoit plus de documents administratifs concernant leur nomination ou leurs prestations depuis des années.

Un premier arrêt de travail a eu lieu la semaine qui a précédé les vacances. Une commission paritaire locale s’est tenue le 27 octobre dernier, sans avancée.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK