L'artiste urbain Denis Meyers s'approprie l'ancien bâtiment Solvay

Denis Meyers au travail
Denis Meyers au travail - © Gilles Parmentier

L'artiste urbain typographe Denis Meyers présente actuellement une exposition hors du commun. Depuis le mois de septembre dernier, il a investi l'ancien bâtiment Solvay à Ixelles et il l'a totalement repeint. C'est un travail de titan puisqu'il a peint toutes les surfaces qu'il pouvait : des bureaux, des escaliers, des caves, des objets...

Bref toutes les surfaces disponibles ont été recouvertes de peinture. "Je dois être à plus de 95 jours de peinture, explique Denis Meyers, ça doit représenter environ 25 000 m² de surfaces peintes, murs, plafonds, sols, fenêtres, portes, cloisons, objets... Il y a des milliers de photos, des centaines de rush vidéo. C'est aussi des centaines de kilomètres parcourus, des milliers de marches montées et descendues, des tonnes de gravats déplacés. Côté peintures, il y en a pour 1500 bombes, 500 litres de noir, 700 litres de blanc en acrylique. Voilà quelques chiffres qui peuvent représenter l'ensemble du projet."

Remember/Souvenirs

Le thème de cet expo "Remember/Souvenirs" a été choisi par l'artiste parce qu'il a décidé de mettre sur les murs plus de 20 ans de carnets de notes et de dessins, ce qui donne un résultat très interpellant, ce sont des milliers de mots et de phrases retranscrits sur un mur avec tout l'art typographique de Denis Meyers.

On y trouve aussi de nombreux visages, dans le style très reconnaissable de Denis Meyers, des visages carrés qui représentent tantôt des inconnus croisés dans le métro, tantôt des proches de l'artiste ou encore des musiciens ou des chanteurs qui l'ont influencé.

Sur ces 25 000 m², Denis Meyers se dévoile complètement, mais sans donner les clefs de lecture indispensable à la compréhension. "C'est pas spécialement un délire égocentrique dans le sens : je vais faire la plus grande surface jamais peinte, explique l'artiste, ce n'est pas ça ma démarche. On m'offre un terrain de jeu complètement dingue, je me suis battu pour l'avoir, je me bats encore tous les jours pour que tout se passe bien avec les riverains et la commune. C'est quelque chose que je ne garde pas pour moi, je le propose aux gens."

La démolition du bâtiment commence le 15 mai

Si Denis Meyers a pu investir complètement le bâtiment c'est parce qu'il va bientôt être démoli. Quand il l'a su, il a fait tout ce qu'il pouvait pour pouvoir y peindre: "J'ai pris contact avec Allfin et BPI, les propriétaires actuels des lieux, explique Denis Meyers, et on s'est mis d'accord. Finalement tout le monde y trouve son compte, moi je dispose de cet énorme bâtiment et eux, ils sont heureux que j'occupe le bâtiment, ça fait une présence et c'est positif pour la sécurité."

Le paradoxe, c'est que cette exposition qu'il a mis tant de temps à réaliser ne sera finalement visible que quelques jours puisque la démolition du bâtiment doit avoir lieu avant le mois de juin. D'ici là, il poursuivra son travail, un travail qui sera malgré tout immortalisé par plusieurs photographes ainsi que via deux documentaires vidéo. Le groupe Kid Noise y a également réalisé un clip.

Les visites guidées de l'expo débutent ce 23 avril, elles seront organisées le weekend par l'ASBL Arkadia.

 

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir