De plus en plus de Bruxellois ne parviennent plus à rembourser leurs crédits

Illustration. L'an dernier, pratiquement un Bruxellois sur cinq avait un crédit hypothécaire
Illustration. L'an dernier, pratiquement un Bruxellois sur cinq avait un crédit hypothécaire - © SISKA GREMMELPREZ - BELGA

De plus en plus de Bruxellois ne parviennent plus à rembourser leurs crédits, depuis 2007, la capitale enregistre une hausse de 50% des personnes en défaut de paiement. C'est plus que l'augmentation moyenne nationale qui est de 30%. C’est le constat que fait l'Observatoire du Crédit et de l'Endettement.

On ne prête qu’aux riches

L'an dernier, pratiquement un Bruxellois sur cinq avait un crédit hypothécaire, une proportion moindre que dans les deux autres Régions, avec souvent, des difficultés à rembourser. Pour Romain Duvivier, économiste à l'Observatoire du Crédit et de l'Endettement: "Beaucoup d’emprunteurs ont du mal à rembourser leur crédit à Bruxelles, mais à côté de cela les Bruxellois recourent moins au crédit. Sur 100 Belges, 68 ont un crédit alors que sur 100 Bruxellois, 58 en ont un. On peut penser effectivement à ce vieil adage " on ne prête qu’aux riches ". Donc, les habitants les plus pauvres de la région Bruxelles-Capitale auraient moins recours au crédit parce qu’ils ne présentent pas les conditions nécessaires pour que les banques leur fassent confiance."

Chômage et la précarité

La moyenne d'âge inférieure des Bruxellois serait aussi une explication. Mais pour Anne Defossez, Directrice du Centre d'appui des Services bruxellois de Médiation de dettes, les premières causes seraient le chômage et la précarité, deux facteurs importants à Bruxelles: "évidemment la précarisation touche en premier les personnes qui ont des revenus de remplacements, mais maintenant on voit aussi dans les services de médiation de dette et dans les services sociaux des personnes qui travaillent."

Un nombre croissant de Bruxellois a également des problèmes pour rembourser d'autres types de crédit, des dettes qui s'accumulent et d'autres factures impayées, pour les frais de logement, par exemple.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK