Damien Thiéry: "Linkebeek pourrait être un cas unique et faire jurisprudence"

Damien Thiéry (MR): "J'attends les résultats des élections"
Damien Thiéry (MR): "J'attends les résultats des élections" - © LAURIE DIEFFEMBACQ - BELGA

Après seulement six semaines, le bourgmestre de Linkebeek Eric De Bruycker (Prolink) jette l’éponge. En octobre dernier, il avait accepté cette nomination de la ministre flamande Liesbeth Homans (N-VA) à la condition que la majorité francophone emmenée par Damien Thiéry (MR) puisse lui permettre de gouverner la commune. Sauf que voilà, le 26 octobre, l’ensemble des francophones démissionnent.

Des élections partielles doivent être organisées dans les 50 jours. Ces élections communales ont été fixées au 13 décembre prochain. Élections où seules la Liste du Bourgmestre et la Droite se présentent. Quant aux deux élus néerlandophones de Prolink, dont Eric De Bruycker, ils n’ont pas démissionné de leur mandat communal. Ils conservent donc leurs sièges au Conseil. Le parti néerlandophone conteste la légalité de ces élections et appelle la population linkebeekoise à voter blanc.

Du côté de Damien Thiéry, l’ex-bourgmestre faisant fonction non-nommé, il prend acte de la décision d’Eric De Bruycker. "J’attends surtout la décision de Liesbeth Homans puisqu’elle maintient en suspend la démission de M. De Bruycker. Et puis, j’attends aussi de voir si M. De Bruycker viendra ou ne viendra pas jeudi en Collège communal. Il a démissionné, il n’est plus censé y venir".

Alors se dirige-t-on vers une solution à Linkebeek ?

Pas si sûr. Le 13 décembre prochain, les Linkebeekois voteront donc pour les 13 sièges démissionnaires du Conseil communal. Dans le cadre de ces nouvelles élections, Linkebeek élira un nouveau Conseil communal qui devra proposer un candidat bourgmestre à la nomination. Dans l’hypothèse que la liste du Bourgmestre remporte ce scrutin, le nom de Damien Thiery pourrait une nouvelle fois être soumis à Liesbeth Homans. Mais cette dernière a fait savoir, il y a quelques semaines, que Damien Thiéry ne pouvait plus être nommé bourgmestre durant l’actuelle législature (c’est-à-dire jusqu’en 2018), conformément aux arrêts du Conseil d’état.

"On attend ces élections. On attend surtout les résultats. Et si mon nom doit une nouvelle fois être proposé après les élections et que la ministre Homans le refuse. Linkebeek sera un cas unique en Belgique. Nous irons, dès lors, demander ce que pense le Conseil d’Etat de ce refus. Le cas de Linkebeek pourra faire jurisprudence", indique Damien Thiéry.

La bagarre juridique à Linkebeek ne fait que commencer.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK