Coronavirus: les migrants souffrent aussi et la police les évacue du parc Maximilien

Les migrants subissent aussi les conséquences de l'épidémie et du confinement qui l'accompagne
Les migrants subissent aussi les conséquences de l'épidémie et du confinement qui l'accompagne - © DIRK WAEM - BELGA

Les mesures de confinement ont un impact aussi sur l’accueil des migrants. Avec la fermeture du Petit-Château, impossible pour eux d’introduire une demande d’asile et d’être pris en charge dans le réseau d’accueil. Ils trouvent alors souvent refuge au Parc Maximilien à deux pas de la gare du Nord.  

Sauf que ce jeudi, la police a fait évacuer les groupes de migrants du parc pour non respect des règles de distance entre les personnes. En tout, une centaine de personnes. Depuis plusieurs jours, des dizaines de migrants passent la nuit au parc, selon la plateforme de soutien aux réfugiés.  Sultan est en première ligne, il circule dans le parc pour les informer. "Les migrants nous expliquent que la police est intervenue à plusieurs reprises pour les faire évacuer, alors qu'il fait froid la nuit. Cela ajoute encore des difficultés à leur vie"

Autre problème, avec le confinement, les bénévoles ne courent pas les rues, comme l’explique Mélodie de la plateforme citoyenne. "Nous sommes moins parce que nous avons aussi beaucoup de bénévoles qui sont âgés et qui ont besoin de prendre soin d'eux et de rester chez eux. Avec les mesures de confinement, il faut aussi une autorisation particulière pour pouvoir sortir de chez soi. Donc, ils ne peuvent pas venir pour de l'humanitaire et donc venir au parc. Du coup, cela s'essouffle, oui".   

Nabil distribue des repas plusieurs fois par semaine. Il pointe, lui, des dons qui se font de plus en plus rares. "Auparavant, on avait des gens, des particuliers, qui venaient et qui déposaient quelques boîtes de thon, des spaghettis, de la farine. Mais désormais, avec le confinement, on fonctionne sur nos réserves. On pourra donc tenir quelques jours, mais à terme, ce n'est plus viable".  

Intenable donc à moyen terme. Alors, au parc Maximilien, on attend que les autorités prennent des mesures pour, au moins, accueillir les personnes qui pourraient l’être dans le réseau d’accueil.

Notez encore que selon avocats.be entre 100 et 150 personnes sont laissées à la rue tous les jours, sans accueil, dans des conditions sanitaires épouvantables. Les avocats demandent que l’Office des étrangers adapte ses modalités d’accueil pour respecter les normes sanitaires et remplir ses obligations légales. 

 

Retrouvez toutes les infos sur l'épidémie de coronavirus-covid 19 dans notre dossier spécial ici.