Coronavirus : des conséquences économiques sans précédent sur l'horeca bruxellois

"Les retours que nous avons actuellement des hôtels font état de baisses d’activité allant jusqu’à -70% par rapport à l’an dernier à Bruxelles", déclare jeudi le secrétaire général de la Brussels Hotels Association, Rodolphe Van Weyenbergh. La situation évoluant de jour en jour, le bilan de l’impact de l’épidémie du coronavirus n’est pas définitif.

L’association salue les mesures de chômage temporaire pour force majeure prises par la ministre de l’Emploi Nathalie Muylle (CD & V). "Nous faisons confiance aux autorités, qui ont conscience de l’urgence pour notre secteur. Nous continuons à discuter d’autres mesures", explique Rodolphe Van Weyenbergh. "La priorité est la santé", ajoute-t-il.

Entre 30 et 50% de réservations annulées

Les restaurants de la capitale sont eux aussi en difficulté. "Depuis lundi, 50% à 80% des réservations dans les restaurants sont annulées. La semaine dernière, le chiffre se situait entre 30% et 50%", déplore Philippe Trine, vice-président de la fédération Horeca Bruxelles. "Des quartiers entiers vivent de la culture à Bruxelles. Si les gens ne vont plus au théâtre, ils n’iront pas non plus au restaurant après", souligne-t-il.

"Entre 80% et 100% des banquets sont annulés", ajoute Philippe Trine. Des services décommandés à la suite d’annulations d’événements sportifs, de conférences ou d’événements d’entreprise.

La fédération Horeca Bruxelles s’attend à de nombreuses faillites. Elle demande au gouvernement de réduire les charges sociales pour aider le secteur à faire face à l’épidémie.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK