Contrôles renforcés pour les transports rémunérés de personnes à Saint-Josse et Bruxelles-ville

Les taxis bruxellois  estiment que les taxis venus des autres régions, ainsi que les chauffeurs Uber et les limousines, leur font une concurrence déloyale.
Les taxis bruxellois estiment que les taxis venus des autres régions, ainsi que les chauffeurs Uber et les limousines, leur font une concurrence déloyale. - © Tous droits réservés

Les communes de Saint-Josse, et de Bruxelles-Ville, en accord avec la police locale, vont renforcer les contrôles des véhicules actifs dans le transport rémunéré de personnes. Les polices des deux communes vont venir pallier le manque de personnel de la Région chargé de ces contrôles. Les autorités répondent ainsi à l’appel des taxis bruxellois qui estiment que les taxis venus des autres régions, ainsi que les chauffeurs Uber et les limousines, leur font une concurrence déloyale.

 

Cela fait longtemps que le règlement aurait dû être appliqué avec plus de rigueur, déplore Michaël Zilberberg, vice-président du collectif des travailleurs du taxi.

Pour les taximen c’est ce manque de rigueur qui explique la venue en nombre de limousines, de voitures Uber et de taxis flamands et wallons sur le territoire bruxellois. Une invasion qui génère tensions et conflits, constate Emir Kir, le bourgmestre de Saint-Josse:

"Ceux qui travaillent sur le territoire et qui ne sont pas en ordre mettent en difficulté les gens qui paient leurs impôts et qui travaillent. Il est normal que la commune puisse agir avec sa police, c’est dans l’intérêt des clients mais également dans celui des travailleurs, qui ne doivent plus faire l’objet de cette concurrence déloyale. "

A l’évidence, les agents de contrôle régionaux sont trop peu nombreux, les taxis se sont donc tournés vers les communes, Philippe Close bourgmestre de Bruxelles :

"On a appris au mois de juin que les inspecteurs régionaux étaient en sous-effectif, alors à la fois la commune de Saint-Josse, la ville de Bruxelles et les deux zones de police, viennent en renfort pour aider l’inspection régionale "

Pour Willem VERBRUGGEN, Commissaire de police à Saint-Josse-ten-Noode:

"L’idée ce n’est pas de faire le travail des agents régionaux, mais de leur venir en aide. Certaines actions s’avèrent difficiles pour les agents alors qu’elles sont faciles pour les policiers. Arrêter un véhicule et le faire mettre sur le côté est aisé pour un policier, plus difficile pour un contrôleur de la région. Le but est d’intégrer ces actions dans notre travail quotidien. "

Les policiers des communes citées recevront une formation au contrôle de l’application de la loi.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Recevoir