Un musée bruxellois collecte vos photos de graffitis dans les WC

graffitis WC
2 images
graffitis WC - © Musée des Egouts

Depuis le 5 février, le Musée des Egouts de Bruxelles lance un vaste appel à contribution. Le musée souhaite collecter un maximum de photos de graffitis dans les toilettes publiques pour réaliser une exposition au mois d’avril. La démarche s’inscrit dans le cadre de l’année de la contestation décrétée pour 2018 dans tous les musées de la Ville de Bruxelles.

Quand la ville a lancé cet appel à projets, nous au Musée des Egouts on s’est d’abord dit qu’on n’avait pas grand-chose de contestataire, explique Aude Hendrick, la conservatrice du Musée. Ensuite, on a pensé à ce lien quasi technique qui nous relie au réseau des toilettes et à ce mode d’expression des graffitis dans les toilettes. Est-ce qu’aujourd’hui en 2018, c’est encore contestataire d’écrire un petit mot dans les toilettes, un tag, une phrase amusante, voire un dessin à connotation sexuelle. "

Aucune censure

Le musée veut rassembler un maximum d’éléments et demande à tous ceux qui le souhaitent d’envoyer des photos de murs de toilettes tagués. " On recherche vraiment de tout, poursuit la conservatrice. On va essayer d’être le plus exhaustif possible. On ne veut faire aucune censure, on recherche des photos de toilettes crades ou de toilettes qui seraient embellies par les graffitis à tel point qu’elles en deviendraient un centre d’intérêt au même titre que l’établissement qui les abrite. "

 

Une exposition qui questionne la société

Avec toutes les photos qui auront été envoyées, le musée organisera au mois d’avril une exposition en ses murs, il s’agira notamment d’une installation vidéo et sonore qui recréera au sein du Musée des Egouts l’atmosphère de ces toilettes taguées. Mais au-delà de l’aspect visuel, le musée veut explorer la société à travers ces graffitis : " On espère vraiment recevoir beaucoup de photos pour qu’on puisse procéder à une véritable analyse, poursuit Aude Hendrick. On va essayer de voir si le genre a son importance, si les graffitis des toilettes des femmes sont différents de ceux des toilettes des hommes ? Est-ce que différents lieux amènent différents types de messages ? Et pour analyser tout ça, on collabore avec l’ASBL Fais le Trottoir, spécialisée dans l’analyse des graffitis à Bruxelles, ce sont d’ailleurs les guides de cette ASBL qui feront visiter l’exposition du mois d’avril. "

Les photos sont à envoyer via un formulaire sur http://www.museedesegouts.brussels/

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK