Bruxelles veut étudier le sentiment de sécurité ou d'insécurité de ses citoyens

Les usagers des transports en commun seront notamment ciblés par l'enquête.
Les usagers des transports en commun seront notamment ciblés par l'enquête. - © DR

Grâce aux statistiques policières, on sait combien il y a d'agressions, de vols ou d'excès de vitesse sur le territoire de la région. Mais à côté de cela, beaucoup de faits ne donnent pas forcément lieu à un dépôt de plainte. Pourtant, ils alimentent ce sentiment d'insécurité.

Le BPS, le nouvel organisme chargé de la prévention et de la sécurité à Bruxelles, veut donc faire toute la lumière sur le chiffre "noir" de l'insécurité à Bruxelles, celui que l'on ne connait pas bien.

L'enquête vient de démarrer, elle va durer six mois et s'intéressera à certains publics bien précis.

"Cette année-ci, on se concentrera principalement sur les résidents, les navetteurs et les touristes, qui seront interrogés sur leur sentiment de sécurité sur le territoire, précise Jamil Araoud, directeur général de Bruxelles Prévention Sécurité. L’objectif est de tirer des enseignements et des recommandations à l’attention des autorités publiques."

Comment trouver ces résidents et navetteurs ?

L’enquête sera en partie confiée à une société spécialisée qui se chargera d’identifier un panel représentatif en ce qui concerne les résidents.

"Pour les navetteurs, poursuit Jamil Araoud, ce sera réalisé de manière générale dans les stations de transport en commun et dans les parkings de dissuasion. Et pour les touristes, nous passerons par Visit Brussels, tout comme via les partenaires hôteliers."

Aller plus loin que les statistiques policières

Ce travail a pour point de départ un constat : la police n’enregistre qu’une partie des plaintes et des actes criminels commis sur le territoire. "C’est d’ailleurs un phénomène connu en criminologie : les statistiques policières ne sont que la mesure de l’activité policière ou des plaintes enregistrées. Nous voulons aller plus loin et voir comment améliorer ces sentiments subjectifs."

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK