Bruxelles: un futur nouveau quartier à Tour et Taxis, les riverains sont inquiets

Sur le site de Tour et Taxis, on pourrait construire dans le futur, une tour de 150 m de haut et d'autres tours plus petites, soit au total quelques 370 000 m2 de logements.
Sur le site de Tour et Taxis, on pourrait construire dans le futur, une tour de 150 m de haut et d'autres tours plus petites, soit au total quelques 370 000 m2 de logements. - © Tous droits réservés

Une quinzaine d'habitants de Laeken se sont invités lundi soir au Conseil Communal de la Ville de Bruxelles. Ils voulaient se faire entendre à propos du projet d’un nouveau quartier qui poussera dans les années futures sur le site de Tour et Taxis. Une tour de 150 mètres de haut pourrait être construite, ainsi que d'autres tours plus petites, soit au total quelques 370 000 mètres carrés de logements.

Les jeux sont faits

Pour Mathieu Sonck, d’Inter Environnement Bruxelles, qui portait la voix des riverains, c'est beaucoup trop : "Le fond du problème c’est que les jeux sont faits depuis très longtemps. On a décidé il y a des années de construire 370 000 mètres carrés sur ce site, et on essaye maintenant de les faire rentrer au chausse pied, malgré une étude d’incidence qui dit que c’est totalement impossible. Cela va créer des problèmes de mobilité impossibles. C’est cela qui ne va pas, on a décidé, sans savoir quelles étaient les conséquences sur la ville."

Parmi les plus pauvres

Outres les conséquences sur la mobilité, il y en a d’autres, plus larvées, comme des conséquences sociales, ajoute Mathieu Sonck : "La toute grande majorité des logements prévus sont destinés à des personnes riches. Or les Bruxellois ont plutôt besoin de logements moyens et de logements sociaux. Aucun logement de ce type n'est prévenu sur le site. Il s’agit vraiment d’un ghetto de riches dans un quartier qui est très pauvre. Dans les deux quartiers qui sont proches de Tour et Taxis, le revenu moyen est de 11 000 euros par an, ce qui en fait vraiment des quartiers parmi les plus pauvres."

Autre sujet d’inquiétude

Mais les riverains ont encore un autre sujet d’inquiétude, ils craignent que le parc, connu sous le nom de  coulée verte", qui traverse le quartier, ne reste pas accessible. Car dans l'état actuel des choses, le parc appartient au promoteur privé qui développe le projet. Ce qui veut dire que son accès au public n'est pas tout à fait garanti.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK