Bruxelles: suspension du prononcé pour le militant qui a détourné des panneaux publicitaires

Le panneau publicitaire lumineux "Coca-Cola" qui se trouve sur le toit d'un immeuble, place De Brouckère avait été piraté en 2016 dans le cadre d'une mobilisation contre les traités de libre-échange TTIP et CETA.
Le panneau publicitaire lumineux "Coca-Cola" qui se trouve sur le toit d'un immeuble, place De Brouckère avait été piraté en 2016 dans le cadre d'une mobilisation contre les traités de libre-échange TTIP et CETA. - © Tous droits réservés

Le tribunal correctionnel de Bruxelles a accordé la suspension du prononcé de la condamnation, mercredi en fin d'après-midi, à un militant qui avait détourné des écrans publicitaires en 2016. Il avait piraté le système et changé les messages pour en diffuser d'autres, qui dénonçaient les traités de libre-échange TTIP et CETA.

Le tribunal a estimé que le prévenu avait commis l'infraction de piratage informatique en s'introduisant illégalement dans un système, en l'occurrence celui de panneaux publicitaires électroniques.

Compte tenu de l'ancienneté des faits et de l'absence d'antécédents judiciaires dans le chef du prévenu, le tribunal lui a accordé la suspension simple du prononcé de la condamnation durant deux ans, comme demandé à titre subsidiaire par son avocat, Me Olivier Stein.

La procureure, elle, avait requis une peine d'amende de 12.116 euros.

Le prévenu, âgé de 26 ans, avait détourné des écrans publicitaires en juillet 2016, dans le cadre d'une mobilisation contre les traités de libre-échange TTIP et CETA. Il avait notamment changé le message du panneau géant Coca-Cola sur la place De Brouckère à Bruxelles, et ceux d'autres panneaux à Arts-Loi et sur la place Stéphanie.

Pour le détournement d'un autre message à la Foire agricole de Libramont, le tribunal a constaté les faits prescrits.

 


 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK