Bruxelles redoute une crise humanitaire au cœur de la capitale

La situation des centaines de migrants qui affluent devant l'Office des Étrangers inquiète les autorités bruxelloises. Jeudi, plusieurs bourgmestres et ministres régionaux ont envoyé une lettre au gouvernement fédéral.

Une lettre adressée au Premier-Ministre Charles Michel et à Théo Francken, secrétaire d’État en charge de l'Asile. Elle est rédigée par plusieurs ministres bruxellois et par les bourgmestres de Bruxelles-ville, Schaerbeek et Saint-Josse, les trois communes les plus concernées par l'afflux de migrants.

C'est un courrier en forme de cri d'alarme. La situation humanitaire, sanitaire devient difficile autour du parc Maximilien, là où campent de nombreux candidats à l'asile.

"Nous ne sommes pas compétents pour l’accueil des réfugiés, rappelle Rudy Vervoort (ministre-président bruxellois). Maintenant, il y a un problème humanitaire que nous devons pouvoir accompagner. Mais c’est d’abord aux instances compétentes à prendre leurs responsabilités."

Les responsables bruxellois demandent donc de faire sauter le verrou de 250 personnes maximum qui peuvent, chaque jour, être enregistrés par l'Office des Étrangers.

Ils demandent aussi une meilleure répartition des places d'accueil dans l'ensemble du pays ainsi qu'une réelle coordination de l'aide matérielle d'urgence.

L'accueil des réfugiés est, rappellent-ils, une compétence fédérale.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK