Bruxelles: la première fresque du M.U.R. inaugurée ce mercredi

la fresque de Mataone
la fresque de Mataone - © www.costik.be

Le M.U.R. pour Modulable, Urbain et Réactif est un concept inventé en France, il s'agit de transformer un panneau publicitaire en un support pour une oeuvre de streetart. Un tel panneau a été installé rue Marché au Poulet au centre-ville, à deux pas d'Actiris, le long du piétonnier. Ce panneau mesure 9 mètres sur 3 et chaque mois un artiste différent viendra y réaliser une oeuvre éphémère, chaque nouvelle oeuvre remplaçant la précédente. "On est constamment confronté à la publicité en ville et les gens trouvent ça normal parce que c'est légal, explique Noémie Tant, de l'ASBL Costik responsable du projet. Le graffiti, par contre, est généralement illégal et les gens sont très choqués parce qu'ils trouvent cela sale. Notre objectif, c'est de montrer que le graffiti peut avoir sa place en ville de manière légale, tout comme la publicité, et le projet du M.U.R. pourra permettre aux gens d'apprécier le graffiti ou non selon leurs goûts."

Chaque mois, un artiste différent sera sélectionné pour réaliser une oeuvre de son choix sur le mur. "Pour la première année, on a décidé de ne sélectionner que des artistes belges, explique Solo de l'ASBL Costik. On a envie de mettre la scène belge en avant car actuellement, ce n'est pas toujours le cas. On va donc tenter de sélectionner le plus équitablement possible des artistes des trois Régions. Par la suite on essaiera d'intégrer des artistes internationaux histoire de pouvoir montrer au public des artistes du monde entier."

Pour cette première oeuvre, l'ASBL a sélectionné l'artiste Mataone, il a réalisé une fresque inspirée des tableaux de Magritte. "Mataone, est un artiste issu du graffiti originaire de Renaix en Flandres, explique Solo. Il réalise aussi bien des lettrages traditionnels du graffiti que des personnages et il y a généralement un message dans ses fresques. On l'a choisi parce qu'il a énormément de talent et parce qu'il n'est pas très connu à Bruxelles. On voulait d'entrée de jeu sortir du cliché : on est à Bruxelles donc on ne s'intéresse qu'aux artistes bruxellois."

La fresque de Mataone sera visible un mois, ensuite elle sera recouverte par la fresque du prochain artiste sélectionné.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK