Bruxelles : L'ULB teste un système de détection de l'état du béton dans le tunnel Rogier

L'ULB teste un système de détection de l'état du béton dans les tunnels qui pourrait  épargner aux automobilistes les fermetures pour cause d’inspections visuelles.
L'ULB teste un système de détection de l'état du béton dans les tunnels qui pourrait épargner aux automobilistes les fermetures pour cause d’inspections visuelles. - © Tous droits réservés

On s’en souvient, il y a trois ans Bruxelles était frappée par une vague de fermeture de tunnels. En cause, le mauvais état des structures en béton des ouvrages. Ce jeudi, l’Université Libre de Bruxelles entame pour plusieurs mois dans le tunnel Rogier le test d’un système de détection de l’état du béton mis au point dans ses laboratoires.

Au milieu du tunnel Rogier, quatre capteurs de la taille d’une pomme viennent d’être placés au plafond. Ils envoient des ultrasons pour détecter d’éventuelles fissures. Une technique qui permet une surveillance en temps réel, sans perturber le trafic, explique le superviseur du projet, Arnaud Deraemaeker : "On va pouvoir voir à l’intérieur du béton, mais on pourra aussi le suivre à distance, grâce à un ordinateur ou une tablette".

Des fermetures en série

Il y a trois ans, le mauvais état des tunnels bruxellois avait conduit à des fermetures en série. Aujourd’hui Bruxelles Mobilité a pris la mesure du problème, assure Camille Thiry, la porte-parole de cette administration : "A partir de la crise des tunnels, un plan pluriannuel d’investissement a été mis en place. Il faut savoir que l’on effectue des inspections annuelles de tous les ouvrages d’art, les tunnels, les ponts et les viaducs".

Une détection proactive

Bruxelles Mobilité a bon espoir avec cette nouvelle technique de pouvoir détecter de manière pro-actives les fissures qui se créent et surtout, ajoute Camille Thiry "d’épargner aux automobilistes les fermetures pour cause d’inspections visuelles".

Les résultats de l’étude sont attendus pour le début de 2020 et si le prototype s’avère efficace, il pourrait être commercialisé et exporté dans le reste du monde.

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK