Bruxelles: l'extension du métro vers le nord ne réduirait pas la congestion automobile

La Commission régionale de mobilité vient de remettre un avis cinglant sur le dossier d'extension du métro vers le nord de Bruxelles.
La Commission régionale de mobilité vient de remettre un avis cinglant sur le dossier d'extension du métro vers le nord de Bruxelles. - © DR

Pour remplacer la voiture, la Région bruxelloise compte notamment sur l'extension du métro vers le nord pour convaincre. Un projet qui doit être réalité dans quelques années. Sauf que l'avis de la Commission régionale de mobilité vient de remettre un avis cinglant sur le dossier. Non seulement ce nouveau métro ne réduirait pas la congestion automobile mais en plus, il va coûter très cher !

Prolonger le métro vers le nord de Bruxelles peut avoir du sens. Le réseau actuel est saturé et plusieurs communes du nord de la région sont peu ou pas desservies par le réseau souterrain.

L'étude d'incidence environnementale du projet tire également argument de la diminution de la congestion automobile. Mais la Commission régionale de mobilité en doute.

Avec le projet de métro nord, la hausse du trafic routier serait de 2,03%. Sans le projet, l'augmentation atteindrait 2,66%. Conclusion de la commission : le projet permettra, au mieux, de limiter la croissance du trafic, pas de la diminuer.

En revanche, la mise en œuvre d'un péage urbain permettrait de réduire le trafic routier de 14%. La Commission régionale de mobilité ne se prononce pas sur la solution du péage urbain, faute de consensus. Mais les conclusions semblent évidentes : sans mesure d'accompagnement, le métro nord coûtera très cher aux Bruxellois sans réellement favoriser le report modal de la voiture individuelle vers les transports publics. Enfin, dans son avis, la Commission s'étonne de l'absence d'estimation des coûts du projet et, dès lors, de toute étude coût/bénéfice. C'est pourtant une importante aide à la décision, conclut la Commission régionale de mobilité.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK