Bruxelles: des soucis pour la plateforme de partage des images de vidéosurveillance

Rues, stations de métro, gares, les caméras de surveillance sont de plus en plus nombreuses à Bruxelles comme dans toutes les grandes villes.
Rues, stations de métro, gares, les caméras de surveillance sont de plus en plus nombreuses à Bruxelles comme dans toutes les grandes villes. - © SISKA GREMMELPREZ - BELGA

Les caméras de surveillance sont de plus en plus nombreuses dans les grandes villes, les rues, les stations de métro, et les gares en sont équipées, et Bruxelles n’échappe pas à la tendance.  Il y trois ans, la Région bruxelloise a pris l'initiative de créer une plateforme d'échange permanent des images récoltées, quelle que soit leur provenance. L'idée était de pouvoir les fournir au plus vite aux enquêteurs si nécessaire. Aujourd'hui pourtant, on ne peut pas dire que les échanges coulent de source.

Échanger et centraliser les images

Permettre aux zones de police, aux pompiers, à la STIB, aux services de surveillance régionaux et communaux d’échanger leurs images de vidéo protection, c’est le but de cette plateforme créée en 2015 et qui théoriquement devrait pleinement fonctionner cette année.

Aujourd’hui il faut passer par le parquet pour obtenir des image ", explique Bianca Debaets, secrétaire d’État à l’initiative du projet : "Dans un futur proche ce ne sera plus nécessaire et on pourra échanger ces images sur une même plateforme centralisée , comme cela se fait d’ailleurs dans les autres grandes villes."

Un cadre légal

Mais manifestement cela traine, d’une part parce que trois zones de police sur six n’ont pas encore adhéré à la plateforme, pour des raisons techniques ou encore parce que le cadre légal n’est pas entièrement défini, explique la secrétaire d’État :

"Il faut un cadre légal qui permet d’échanger aussi par exemple les images d’une zone de police à une autre zone, ou encore entre la STIB et une zone de police, on attend encore l’avis de la commission de la vie privée qui doit donner le feu vert. Après quoi, on pourra présenter cette ordonnance au parlement."

Les lenteurs du Fédéral

Rudy Vervoort, le Ministre-Président de la Région, déplore lui les lenteurs du Fédéral, qui traine à élaborer les arrêtés royaux d’application de certains aspects  de la fameuse loi "Caméra".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK