Bruxelles: des particuliers pour mesurer la qualité de l'air

Pour Ecolo-Groen ,il est vraiment temps d’objectiver de manière  globale la qualité de l’ai à Bruxelles.
Pour Ecolo-Groen ,il est vraiment temps d’objectiver de manière globale la qualité de l’ai à Bruxelles. - © Tous droits réservés

Des éprouvettes ont récemment fait leur apparition sur des balcon bruxellois. L'idée est de mesurer la concentration de dioxyde d'azote dans l’air. Cette particule contribue à la pollution de l'air et à l'apparition de maladies respiratoires. 300 stations de mesures ont été placées chez les particuliers dans 13 communes bruxelloises.

C'est le cas de cette crèche située sur la commune de Jette. A l'arrière du bâtiment, des tubes de mesure de dioxyde d'azote viennent d'être installés. Mireille Lamot, la directrice de l’établissement, espère que les résultats ne seront pas trop négatifs car comme elle l’explique:  "les enfants comme les puéricultrices aiment passer de longs moment au jardin."

Un impact sur la santé des enfants

C'est une maman qui a convaincu la directrice de participer à l’opération. Hélène Galivan a remarqué l'impact de la pollution sur la santé de ses enfants :

"Mon fils à fait une bronchiolite il y a quelques mois, et son pédiatre expliquais justement que ce genre de maladies n’existaient pas dans le passé."

Objectiver la qualité de l’air

Pour Ecolo-Groen, qui a lancé l'opération Notwopollution et mobilisé les citoyens de 13 communes bruxelloises, il est vraiment temps d’objectiver de manière globale la qualité de l’ai à Bruxelles.

"Actuellement à Bruxelles on dénombre 9 stations de mesure officielles, c’est beaucoup trop peu pour couvrir l’ensemble de le région bruxelloise. Il y a des parties du territoire qui n’ont pas du tout de station", constate Thomas Naessens le coprésident de la locale Écolo à Jette.

Opération similaire

L’an dernier une opération similaire avait été lancée à Schaerbeek. Elle avait révélé que la norme maximale européenne de concentration en dioxyde d'azote était dépassée dans quatre endroits sur les vingt-cinq qui avaient été contrôlés.

Les résultats de l’actuelle campagne de prélèvements seront connus au mois de mai.

 

 

Marie-Laure MAthot