Bientôt des instituteurs bilingues, qui pourront enseigner dans les écoles francophones et neérlandophones

Dans les écoles primaires, bientôt des instituteurs bilingues, doublement diplômés? Deux hautes écoles bruxelloises veulent proposer un programme de formation bilingue.
Dans les écoles primaires, bientôt des instituteurs bilingues, doublement diplômés? Deux hautes écoles bruxelloises veulent proposer un programme de formation bilingue. - © DAVID STOCKMAN - BELGA

Deux hautes écoles bruxelloises, l'Erasmus hogeschool Brussel (EhB) et la haute école Francisco Ferrer, s'associent pour former des instituteurs bilingues... Des instituteurs qui au terme d'une nouvelle formation un peu allongée dans les deux établissements (vraisemblablement un an supplémentaire), décrocheront les deux diplômes: un diplôme de la communauté flamande et un autre de la communauté française. 

Une fois diplômés, ces nouveaux instituteurs pourront indifféremment donner cours d'un côté ou de l'autre, en primaires.
Ce projet en cours d'élaboration a le soutien du ministre Open VLD de l'enseignement néerlandophone à Bruxelles, Guy Vanhengel."Favoriser le bilinguisme, c'est dans les accords de toutes les équipes gouvernementales (Région, VGC, Cocof) à Bruxelles et ce double diplôme n'est pas en contradiction avec les décrets en vigueur" commente-t-il.

Franchir les cloisons

A Bruxelles, il n'est pas rare de trouver côté à côte deux écoles, l'une francophone et l'autre néerlandophone, sans aucun contact, ni événements communs ni collaborations ni échanges de professeurs.

"Quand on a deux écoles comme celles-là, même endroit, même quartier, même public, c'est quand même bizarre de n'avoir aucune collaboration" estime Frank Noten, Directeur du département enseignement et pédagogie de l'Erasmus hogeschool. "Parfois la cour de récré est même scindée par un muret. Je crois qu'on vit un peu trop l'un à côté de l'autre... mais pourquoi?" 

Des instituteurs bilingues pourraient aider ces écoles à se décloisonner, changer cette dynamique.

Un programme en réflexion

Les deux hautes écoles, Erasmus hogeschool et Francisco Ferrer qui planchent sur cette nouvelle formation sont en train d'en élaborer le programme, une phase délicate. Il faut permettre aux étudiants d'acquérir complètement les deux programmes mais sans allonger exagérément la durée de la formation. Il faut aussi qu'ils présentent, au terme de leurs études, un très bon niveau dans les deux langues: un niveau qui leur permette non seulement de posséder mais aussi d'enseigner ces langues parfaitement.

Les étudiants suivront une formation complète de bachelier dans l'une des deux écoles puis poursuivront dans l'autre une formation complémentaire accélérée, avec de nouveaux stages dans l'autre régime linguistique.

Postuler partout

Avec ces deux diplômes en main, ces nouveaux instituteurs devraient pouvoir postuler partout.

"Il y a un gros manque d'enseignants bilingues et de profs de langues du côté francophone, donc ce projet-là pourrait répondre à un certain nombre d'attentes" explique Alain Wilkin, Directeur à la Haute Ecole Francisco Ferrer. "Les perspectives également c'est d'ouvrir davantage d'écoles en immersion avec des enseignants mieux formés. On n'en parle pas aujourd'hui, mais ça fait partie des possibilités".

Les deux hautes écoles se veulent rassurantes: pas de double diplôme sans excellent bilinguisme, pour éviter une baisse de qualité des cours.
Pour les enfants, le projet devrait apporter un "plus": côtoyer plus de "native speakers", des enseignants qui vivent un bilinguisme/multilinguisme semblable à celui de nombreux enfants de Bruxelles. Des instituteurs pour qui la langue est un outil et un plaisir, pas une barrière.

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir