Besoin d'un conseil juridique ? Le Justibus est là pour vous aider.

Installé au centre de la Place du jeu de balle, dans le quartier des Marolles, le "Justibus" accueille ses premiers passagers. Parmi ceux-ci, Hamza Simsek. Ce dernier a des soucis d’ordre familial. Des soucis qui durent depuis 2014." Cela s’est passé mieux que je ne le pensais. L’avocate à l’intérieur m’a bien aidé. Elle a répondu à mes questions. Ils ont vraiment essayé de m’aider, car il y avait plein de choses que je ne savais pas. J’ai, aujourd’hui, compris plusieurs choses pour commencer à obtenir mes droits", confie-t-il.

C’est précisément l’idée motrice de ce projet du "Justibus" : fournir une aide juridique gratuite à des personnes en situation de précarité. A l’intérieur de ce bus, des avocats de l’assistance juridique sont présents pour orienter celles et ceux qui viennent vers eux en quête d’informations, d’une aide, et ce sans conditions de revenus comme l’explique la Présidente de la Commission d’aide juridique de l’arrondissement judiciaire de Bruxelles, Vinciane Gillet. : " Nous avons 24 permanences fixes sur l’arrondissement judiciaire de Bruxelles, et l’idée aujourd’hui, c’est non plus attendre le justiciable dans nos permanences fixes, mais d’aller vers le citoyen. C’est l’avocat dans la cité. Et, c’est pour cela qu’on a choisi les marchés. Ce sont des endroits où les gens se retrouvent. " L’aide sera également apportée, quelles que soit les matières. " Les avocats qui fournissent les premiers enseignements peuvent normalement répondre dans toutes les matières. Cela peut être un problème de roulage, un problème de logement, un problème d’allocations de chômage, ou lié à l’immigration," confie Vinciane Gillet. Petite précision : les avocats du "Justibus" ne poseront pas d’acte juridique. Ils se renseigneront sur le service juridique, mais renverront, par la suite, la personne, soit vers un avocat pro deo, si elle rentre dans les conditions d’accès à l’aide juridique de deuxième ligne. Si ce n’est pas le cas, ces avocats du Justibus renverront vers d’autres avocats que le justiciable pourra choisir, mais qui seront payants.

L’accès à la justice est un droit

Pour l’initiatrice de ce projet, l’accès à la justice est un droit, garanti d’ailleurs par la Constitution." Aujourd’hui, on constate qu’il y a quand même un fossé qui s’est creusé entre la justice et le justiciable. Il est plus que temps pour nous que les avocats soient sur le terrain pour essayer de réparer ce qui ne va pas, en communiquant. Les lois ne sont pas toujours simples à comprendre," affirme-t-elle.

Le "Justibus" fera le tour des marchés de 19 communes bruxelloises avec à son bord, une centaine d’avocats qui se relaieront 7 jours sur 7 pour offrir ce service bien nécessaire. Un calendrier consultable sur le site www.aidejuridiquebruxelles.be.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK