Belgian pride: un grand week-end de fête pour la communauté LGBTQI à Bruxelles

Camille et Clay sont  frères, l'un transgenre et l'autre non-binaire, ils  évoluent dans une famille bienveillante qui a toujours réagi avec humour à leur identité de genre.
Camille et Clay sont frères, l'un transgenre et l'autre non-binaire, ils évoluent dans une famille bienveillante qui a toujours réagi avec humour à leur identité de genre. - © sharethecolor.brussels

La Belgian pride, c’est un moment de liberté pour la communauté LGBTQI. Libre d'être soi-même, libre de tenir la main de la personne aimée et du même sexe dans la rue, libre de se balader habillés comme ils ou elles le souhaitent. Parce que trop souvent, les personnes homosexuelles ou trans vivent encore le jugement, le harcèlement de rue, voire des agressions.

 

Cela a été le trop souvent le cas pour Camille, 29 ans, née femme il est aujourd'hui un homme, une transition qu’il a entamée il y a deux ans :

Je m’identifie en tant qu’homme, certes avec plein de côtés féminins, mais je demande qu’on me genre au masculin."

Avoir été femme puis homme gay, c'est passer d'une discrimination à une autre explique Camille :

"J’ai vécu au quotidien le sexisme et les petits coups de fouet qui te rappelle que tu n’es pas sensée prendre trop de place dans l’espace public, que tu n’es pas sensée être trop jolie ni parler trop fort et trop longtemps. Ensuite je suis passé du côté masculin de la force. Aujourd’hui je suis en couple avec un garçon et c’est d’autres commentaires…"

Heureusement, le Bruxellois peur compter sur le soutien de sa famille lorsqu'il rentre dans son village natal, à Oleye, près de Waremme, et particulièrement sur celui de son papa, qui l’a tout de suite accepté dans sa transition :

"Je sais combien ce changement est difficile à accepter pour la plupart des gens, ce qui me touche beaucoup, c’est qu’il soit si actif dans la reconnaissance de mon genre, et pour cela je lui dis merci ", témoigne Camille très ému.

 

 

 

 

 

 

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK