Les opérateurs téléphoniques mènent campagne pour enregistrer les utilisateurs de cartes Sim prépayées

Fin de l’anonymat des cartes prépayées. Base va à la rencontre de ses clients.
Fin de l’anonymat des cartes prépayées. Base va à la rencontre de ses clients. - © Tous droits réservés

C'est une décision prise par le gouvernement fédéral après les attentats terroristes. Si vous utilisez une carte prépayée, il est nécessaire de se faire enregistrer auprès de votre opérateur de téléphonie mobile. Faute de quoi, il sera impossible d'encore téléphoner et envoyer des SMS. Pour se conformer à la loi, toute personne qui utilise une carte sim anonyme doit s’enregistrer avant le 7 juin prochain.

Pour aider ses clients à s’enregistrer rapidement, BASE se déplacera dans plusieurs villes de Belgique pour organiser une tournée d’enregistrement. Elle passera par Bruxelles aux dates et lieux suivants :

15 janvier: Marché du Midi et Avenue Jean Volders

22 janvier: Marché du Midi et Place Bara

29 janvier: Marché du Midi et Avenue Stalingrad

La même chose pour tout le monde

Cette mesure, prise par le gouvernement fédéral au début de l’été, s'inscrit dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. Elle fait partie de l'arsenal déployé par l'équipe Michel à la suite des attentats de Paris. Jusqu’à présent, les opérateurs téléphoniques conservaient uniquement les données d'identification des clients dont la carte sim était liée à un abonnement. Désormais, la règle s'appliquera aux cartes prépayées. Pour les nouvelles, mais aussi pour celles déjà émises, ce qui explique pourquoi les opérateurs prennent des mesures pour inciter leurs clients à se faire connaître.

Après le 7 juin, explique Haroun Fenaux, porte-parole de Proximus, les cartes ne seront plus utilisables. " Mais elles resteront actives, et les crédits encore disponibles seront conservés pour être utilisés par le client dès qu’il se sera fait identifier ". Les opérateurs qui, tous, ont intérêt à conserver cette masse importante de clients prépayés, enverront des SMS à leurs clients pour les amener à se faire connaître. Car cette mesure concerne, bien entendu, tous les opérateurs actifs sur le territoire belge, quels qu’ils soient.

Les clients non identifiés auront 12 mois (après leur dernière recharge) pour se conformer à la loi avant la clôture définitive de leur compte. Mais l'impossibilité, pour tous les opérateurs, de gérer l'ensemble des clients en une seule fois les amène à traiter les SMS de mise en demeure par lot de numéros. Depuis le début janvier, certains clients ont donc déjà reçu des messages leur enjoignant d'associer leur identité à leur numéro. 

Après cette mise à jour, les opérateurs conserveront les données des utilisateurs qui ne seront accessibles qu'aux services de police et de renseignement, aux mêmes conditions que pour les cartes associées à  un abonnement.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK