Auditions à la commission spéciale "tunnels bruxellois": vers une fermeture du métro?

La commission spéciale créée par le parlement bruxellois pour examiner le dossier épineux des tunnels s'est réunie pour la deuxième fois ce mercredi.

Les parlementaires ont entendu à cette occasion les exposés et réponses de plusieurs responsables administratifs, dont Jean-Paul Gailly, directeur général de Bruxelles-Mobilité, interrogé sur le rapport 2015-2016 et sur le master plan 2012-2013.

Fermeture du métro? Les Ecolos inquiets

Le groupe écologiste au parlement bruxellois a exprimé ses craintes, ce mercredi. Les Verts redoutent un scénario catastrophe.

Dans un communiqué, ils s'interrogent sur les propositions contenues dans le rapport d'experts qui avait conclu à la nécessité de la fermeture du tunnel Stéphanie.

Ce dernier préconise, soulignent-ils, la mise en place "de façon immédiate des mesures de stabilisation provisoires (étançonnage lourd), et, le cas échéant, examiner les conditions de maintien en service du tunnel Louise et du métro", en cas de "déplacements significatifs" mesurés après un suivi topométrique. "Cette mise en garde est terriblement inquiétante car les conséquences d'une interruption du métro, couplée à une fermeture du tunnel Louise seraient sans commune mesure avec la fermeture actuelle du tunnel Stéphanie", estime la députée Ecolo Céline Delforge.

L'ouvrage ne bouge manifestement pas, ont expliqué les représentants de Bruxelles-Mobilité. Il n'y aurait pas lieu, avec les mesures effectuées actuellement, de fermer le métro.

Les contrôles seront plus fréquents et plus approfondis à partir d'aujourd'hui, assure par ailleurs Jean-Paul Gailly. Ils auront lieu quatre fois par mois, et seront effectués par des agents certificateurs, ce dernier aspect étant externalisé.

Plusieurs autres considérations ont été abordées, comme la situation des commerçants aux abords du tunnel Stéphanie. Boris Dillès (MR) a posé par exemple la question des mesures prévues en termes d'accompagnement. L'estimation des délais inquiète aussi.

Le rapport 2012? "Je n'étais pas encore en place"

L'ambiance autour de ce dossier est tout sauf sereine.

Plus tôt dans la journée, le directeur de l'Union des entreprises bruxelloises (BECI), Olivier Willocx, disait toute sa méfiance sur le suivi des débats. L'ancien Ministre-président de la Région bruxelloise, Charles Picqué (PS), a été désigné pour mener les débats au sein de l'instance parlementaire.

Or, pour Olivier Willocx, ce dernier "a reconnu lui-même que si c’était à refaire il aurait pu mieux gérer la mobilité à Bruxelles. Il a fait un mea culpa quand il est arrivé à la présidence du parlement. Et de l’avoir lui pour présider les débats sur cette question-là semble un peu étonnant, puisqu’il a observé lui-même ses propres manquements."

Ces propos rejoignent les critiques émises lundi dernier par les élus bruxellois MR et PTB, qui reprochent à l'exécutif bruxellois de l'époque d'avoir négligé ce dossier, alors qu'un rapport mettait déjà en cause l'état des tunnels bruxellois. C'est un conflit d'intérêts, estime-t-on chez BECI, mais aussi un déni de démocratie. "C’est clairement une farce. C’est prendre les citoyens et les entreprises pour des imbéciles", affirme Olivier Willocx.

D'emblée, Jean-Paul Gailly a précisé, lors de son audition, ne pas savoir si le rapport 2012, qui n'a pas été suivi d'effets, était parvenu à l'exécutif bruxellois. "Je n'étais pas encore en fonction", a-t-il expliqué. "Aujourd'hui nous avons un contact régulier, quasi hebdomadaire avec le ministre Smet; ce n'était pas comme ça avec la ministre précédente (Brigitte Grouwels, ndlr)", précise-t-il.

Suite à la fermeture du tunnel Stéphanie annoncée pour une durée minimum d’un an et les nombreux débats qui ont suivi, le parlement bruxellois s’était mis d’accord pour mettre en place une commission spéciale sur les tunnels. Son objectif est notamment d'évaluer les manques structurels et financiers éventuels en ce qui concerne l'entretien des tunnels bruxellois et de formuler des recommandations visant à améliorer la mobilité dans la capitale.

Une prochaine séance de la commission spéciale est programmée pour le 17 février à 14h.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK