Auderghem : la démolition du viaduc Herrmann-Debroux, un projet en bonne voie

Près de 500 personnes ont assisté à la réunion d'information à Auderghem concernant le projet de  démolition du viaduc Herrmann-Debroux.
2 images
Près de 500 personnes ont assisté à la réunion d'information à Auderghem concernant le projet de démolition du viaduc Herrmann-Debroux. - © Tous droits réservés

La Région Bruxelloise a l’intention de transformer l’entrée majeure dans la ville, que constitue la fin de l’autoroute E411, comprise entre le carrefour Léonard et Delta.

Et il ne s’agit pas là d’un petit réaménagement, puisque la région veut démolir le viaduc Herrmann-Debroux, le remplacer par un boulevard urbain. Deux nouvelles lignes de trams en site propre compléteraient le dispositif. Le projet suscite beaucoup d’intérêt, à tel point que pas moins de 500 personnes ont assisté mardi soir à une réunion d’information.

La grande salle du centre culturel d’Auderghem était comble mardi soir, les habitants des quartiers voisins étaient venus en nombre poser leurs questions. Certains sont tout simplement conquis par le projet et l’ambition affichée de "reconfigurer une fracture, une entrée de ville autoroutière, en un boulevard urbain, desservi par un tram, afin de réurbaniser la zone et faire de ces quartiers, partie intégrante de la ville et non plus une périphérie urbaine", comme l’expliquait Tom Sanders, le directeur stratégique de l’administration en charge de l’aménagement du territoire.

Les inquiets

D’autres sont séduits mais se disent inquiets de l’inévitable durée des travaux pour des transformations d’une telle ampleur. Pour les représentants de la Région il faudra bien une douzaine d’années pour mener à bien l’ensemble du projet, depuis la démolition du viaduc, à l’aménagement d’un boulevard, en passant par la création d’un parking de dissuasion, deux nouvelles lignes de tram en site propre, et l’érection de plusieurs nouveaux quartiers. Douze années donc à partir du lancement des premières études techniques, alors que le projet n’en est encore qu’au stade des grandes lignes stratégiques.

 

Les sceptiques

Mais il y a aussi les sceptiques pour lesquels le projet est, au mieux, utopique et ne réduira pas le flux entrant de voitures dans la ville. D’autres enfin craignent un projet contre productif et le report du flux d’automobiles vers les quartiers.

Un allié de taille

Une chose est sûre, le projet interpelle. 300 avis ont déjà été déposés, via un formulaire disponible sur le site de la commune d’Auderghem. Une commune qui constitue d’ailleurs une alliée de poids pour le projet régional, en la personne de son bourgmestre, Didier Gosuin, qui milite depuis une bonne vingtaine d’années, pour la démolition du viaduc.

Avec son projet, la Région espère réduire de moitié le flux de voitures qui chaque matin à l’heure de pointe arrivent par cette entrée de la capitale.

Si vous habitez à Auderghem ou dans une commune voisine, vous êtes invités à formuler remarques et avis dans le cadre de l’enquête publique jusqu’au 9 décembre.

►►► Toutes les informations sont sur le site Perspective. Brussels.
 

 

 

 

 

 

Journal télévisé 16/05/2019

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK