Attentats: un grand besoin de soutien psychologique à la STIB

Plus de deux semaines après les attentats de Bruxelles, le personnel de la STIB est encore fortement choqué. Deux agents ont perdu un membre de leur famille, trois autres ont été blessés dans l’explosion de la station de métro Maelbeek. Mais au-delà, la société de transports en commun bruxelloise a été touchée en plein cœur. Très vite après les attentats, la STIB a donc dû renforcer sa cellule de soutien psycho-social pour répondre à l’énorme demande.

"Cela aurait pu, et cela pourrait toujours être nous": c’est ainsi que Michaël Van Look entame la discussion. Ce chauffeur de bus dépend du dépôt d’Haeren. Sur une table à côté de lui, figure toujours un registre de condoléances. Avec ses collègues, ils ont pour habitude de se réunir dans cette salle avant de prendre leur service. Mais quelque chose a changé depuis le 22 mars. "On vient le matin ici, mais on ne sait pas si on reviendra au dépôt le soir".

"Touchés dans nos chairs"

Malgré le temps qui passe, en montant dans son bus, Mickaël a toujours la peur au ventre. Se confier, vider son sac, il en a besoin. Depuis les attentats, il a eu recours à la cellule bien-être de la STIB : huit conseillers sociaux qui ont rapidement été débordés. En une semaine à peine, ils avaient déjà assisté près de 350 agents. Appel a donc été fait à 35 psychologues extérieurs. "Nous tout seuls, on n’aurait pas pu faire face à tout ça" admet Martine Mot-Bogaert. 

Selon la manager de la cellule bien-être, les plus traumatisés sont évidemment les conducteurs de métro, mais aussi le personnel de sécurité et de nettoyage présents à Maelbeek ce matin-là. Les souvenirs sont tenaces. "Il y a d’abord les images, il y aussi l’odeur dans la station Maelbeek. Et puis, au niveau des troubles, il y a des troubles du sommeil, la peur de retourner dans le métro, toute une série de choses qui vous empêchent de vivre normalement" conclut Martine Mot-Bogaert.

Suite aux attentats, 30 à 40 agents de la STIB sont encore en incapacité de travail pour motif psychologique.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK