Attentats de Bruxelles: détention prolongée pour Mohamed Abrini, Ossama Krayem et deux autres comparses

Mohamed Abrini lors de son arrestation (à gauche) et Osama Krayem
Mohamed Abrini lors de son arrestation (à gauche) et Osama Krayem - © Montage RTBF

La chambre du conseil de Bruxelles a confirmé jeudi la prolongation pour deux mois de la détention préventive de quatre suspects dans le cadre de l'enquête sur les attentats commis à Bruxelles et Zaventem le 22 mars 2016, a indiqué le parquet fédéral. Il s'agit de Mohamed Abrini, Hervé Bayingana Muhirwa, Ossama Krayem et Bilal El Makhoukhi. S'ils interjettent appel de cette décision, ils comparaîtront devant la chambre des mises en accusation de la cour d'appel de Bruxelles dans les quinze jours.

Mohamed Abrini était recherché depuis les attentats de Paris du 13 novembre 2015. Il était également l'"homme au chapeau", visible sur les images de vidéo-surveillance, qui avait abandonné le 22 mars 2016 une valise remplie d'explosifs à l'aéroport de Zaventem avant de prendre la fuite.

Ossama Krayem avait lui été filmé à la station de métro Pétillon alors qu'il échangeait furtivement quelques mots avec Khalid El Bakraoui, qui s'est fait exploser quelques minutes plus tard dans la station de métro Maelbeek. Selon ses déclarations, il devait lui aussi se faire exploser, mais y a finalement renoncé.

Hervé Bayingana Muhirwa, un ressortissant rwandais, avait été arrêté le 8 avril 2016, le même jour que Mohamed Abrini et Ossama Krayem. Après le 22 mars, il les aurait tous deux aidés à se cacher.

Bilal El Makhoukhi a été interpellé le 8 avril 2016 à Laeken. Il est soupçonné d'avoir apporté de l'aide à Mohamed Abrini et Ossama Krayem. Le testament audio d'Ibrahim El Bakraoui, retrouvé dans un ordinateur portable non loin de la planque de la rue Max Roos à Schaerbeek, fait allusion à un certain 'Abou Imran', le nom de guerre qu'utilisait Bilal El Makhoukhi lors de son séjour en Syrie en 2012.

Par ailleurs, il a été condamné en 2015 à cinq ans de prison dont deux ferme lors du procès à l'encontre de Sharia4Belgium à Anvers. A l'époque, il n'a pas été prouvé qu'El Makhoukhi était membre de Sharia4Belgium mais seulement qu'il rendait des services à des organisations terroristes. Le ministère public avait demandé en février 2015 son arrestation immédiate car il craignait que Bilal El Makhoukhi ne soit de retour en Belgique uniquement pour des raisons médicales et que son intention soit de repartir en Syrie avant de revenir sur le territoire belge.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK