Antoine Wilhelmi sur le survol: "La méthode Galant, c'était la non-écoute"

Antoine Wilhelmi, de l'association d'habitants survolés "Pas Question" attend beaucoup de ce changement ministériel.
Antoine Wilhelmi, de l'association d'habitants survolés "Pas Question" attend beaucoup de ce changement ministériel. - © RTBF

Un nouveau ministre fédéral à la Mobilité... Les associations de riverains de l'aéroport de Zaventem saluent le changement. Leurs relations avec la ministre démissionnaire MR Jacqueline Galant s'étaient dégradées. Son successeur, François Bellot, s'annonce plus diplomate. Et Antoine Wilhelmi, de l'association de Bruxellois survolés "Pas Question", s'en est réjoui ce mardi sur les antennes de la RTBF: "La méthode Galant, c'était la non-écoute, le refus systématique du dialogue. Nous espérons que Monsieur Bellot, qui a manifestement le profil de sérieux et de compétence qui manquait à Jacqueline Galant, prendra acte de l'urgence du dossier et agira le plus rapidement possible."

La priorité? "La nuit"

Pour l'association "Pas Question", deux priorités s'imposent au nouveau ministre. La première concerne les horaires d'exploitation de l'aéroport: "supprimer les vols de nuit" et alléger le survol entre 6 et 7 heures du matin, des demandes de longue date de toutes les associations de riverains de Zaventem.

Mais Antoine Wilhelmi ajoute: "Jacqueline Galant a mis une bombe à retardement sous le siège de François Bellot: la création d'une route aérienne au-dessus de Bruxelles. Il devra déminer ce dossier le plus rapidement possible." Il estime que l'ex-ministre envisageait, à terme, d'augmenter le nombre d'atterrissages au-dessus de la ville, une option "inacceptable et qui ne ferait que remplacer un problème qui concerne 68 000 habitants par un autre problème qui en concernerait 320 000."

Faire connaissance... le plus vite possible

Pour défendre ses arguments, Antoine Wilhelmi souhaite entrer en contact rapidement avec le nouveau ministre de la Mobilité. Le 13 juin prochain, une directive européenne entre en vigueur qui pourrait compliquer les changements imposés aux aéroports. Les riverains y voient une date butoir pour faire entendre leur voix et faire peser la balance de leur côté. Du côté de la qualité de vie et de sommeil plutôt que du côté du développement économique de l'aéroport à Zaventem. 

Respecter des principes et être méthodique

Et si le nouveau ministre de la Mobilité se montrait sourd, voire hostile, à leurs revendications? "Le but n'est pas d'avoir la peau d'un ministre", réplique Antoine Wilhelmi, en allusion à la démission du cdH Melchior Wathelet en 2014, embourbé dans ce même dossier du survol. "Par contre, il est plus que temps d'agir dans ce dossier avec des principes d'intérêt général... Des principes de respect des zones densément peuplées et de respect de la loi. Et il faut aussi agir avec une méthode, le cas échéant en se faisant aider d'experts internationaux."

Sur la méthode, l'association "Pas Question" demande que tous les acteurs du dossier soient associés à la réflexion. "Il est évident qu'un gouvernement qui ne suivrait pas une méthode irait dans le mur, dans ce dossier. Nous nous réservons le droit de dénoncer des situations de manquement à l'intérêt général ou la soumission à certains lobbys, comme Belgocontrol."

De cet autre lobby, celui des Bruxellois survolés, François Bellot reçoit d'entrée de jeu à la fois un message de bienvenue et un avertissement.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK