Anderlecht: pour offrir de l'air aux habitants confinés, la commune transforme certaines rues

Les rues en vert sur la carte devraient devenir des "zones résidentielles" dans les semaines à venir. Cela se passera en plusieurs étapes
2 images
Les rues en vert sur la carte devraient devenir des "zones résidentielles" dans les semaines à venir. Cela se passera en plusieurs étapes - © RTBF


Les Bruxellois ne sont pas égaux face au confinement. Il y a ceux qui ont la chance d'avoir un jardin ou d'habiter près d'un parc. Et puis, il y a tous les autres.
Alors pour tenter d'offrir plus d'espace à ses habitants et leur permettre davantage de prendre l'air, la région vient de proposer aux communes de les aider à modifier l'organisation de certaines rues et Anderlecht vient de dire oui pour le quartier de Cureghem. Courant de cette semaine, plusieurs rues du quartier vont donc être aménagées pour donner priorité aux piétons et aux vélos. 

Les voitures tolérées, mais priées de laisser passer vélos et piétons

Cureghem, c'est un quartier qui a beaucoup fait parler de lui il y a quelques jours. Le week-end dernier, des émeutes éclatent suite à la mort du jeune Adil, 19 ans, renversé par un véhicule de police. Des jeunes affrontent alors la police dans les rues. Des dizaines de personnes seront arrêtées.

Des tensions qui mettent aussi en lumière une autre réalité de Cureghem. "Nous avons constaté une nouvelle fois que nous avons beaucoup de parcs dans les autres quartiers d'Anderlecht. Mais à Cureghem, il n'y a presque rien", explique Susanne Müller-Hübsch, l'échevine de la mobilité. "Cureghem, c'est aussi un quartier populaire, où les appartements sont souvent plus petits".

Des situations pas très agréables en temps normal, mais qui deviennent encore plus problématiques à l'heure où les habitants sont confinés et doivent rester chez eux. Alors pour leur offrir un peu d'espace à l'extérieur, plusieurs rues vont être aménagées, courant de cette semaine. Elles vont devenir une zone dite "résidentielle". "C'est une zone où on peut avoir en pleine rue des enfants qui jouent, des cyclistes, des gens qui se promènent". Les voitures, elles, sont tolérées, à 20 km/h maximum. Mais elles doivent céder la priorité aux usagers faibles. 

Une manière de responsabiliser les habitants

Des panneaux, chicanes, blocs de bétons et pots de fleurs seront prêtés par la Région pour marquer les choses et mettre tout cela en place. "La proposition, c'est de relier plusieurs places dans le quartier, de manière à offrir une espèce de parcours apaisé disponible pour les habitants. Nous commencerons entre le Square de l'Aviation et le Square Robert Pequeur, en ajoutant une portion de la rue Brogniez (la portion entre les rues Otlet et de Fiennes). Ensuite, nous espérons pouvoir ajouter dans les jours ou semaines qui viennent d'autres rues pour connecter cette zone résidentielle à la station de métro Clémenceau d'une part, et à la place du Conseil d'autre part. Nous y pensions déjà depuis quelques mois, mais le confinement a fait accélérer les choses". Faire passer une rue en zone résidentielle demande plusieurs autorisations, à commencer par celles de la police, des pompiers et des services d'urgence, qui doivent bien sûr toujours pouvoir passer. 

Ces rues seront aménagées de manière temporaire, le temps du confinement. Mais cela pourrait devenir définitif à long terme, si les retours des habitants et des usagers sont positifs. A noter que, selon l'échevine, ces nouveaux aménagements ne vont pas créer un appel d'air qui pousserait les habitants dehors, alors que nous sommes en période de confinement et qu'il est demandé de rester à la maison. "Nous tentons plutôt d'offrir une possibilité de respiration aux habitants d'un quartier défavorisé en espaces verts et de leur donner la possibilité de prendre l'air et de faire du sport dehors, comme c'est d'ailleurs conseillé par les autorités fédérales. Nous pensons que ces habitants sauront profiter de cet avantage pour accepter encore mieux de rester à la maison en ces temps de crise sanitaire", conclut l'échevine.