Anderlecht: arrêt de travail spontané du service propreté après une agression

Anderlecht: arrêt de travail spontané du service propreté après une agression
Anderlecht: arrêt de travail spontané du service propreté après une agression - © Tous droits réservés

L'ensemble du personnel du service propreté publique d'Anderlecht a arrêté le travail vers 8 heures ce lundi matin. Ce mouvement spontané fait suite à une agression dont les travailleurs ont pris connaissance en commençant leur semaine de travail.

Samedi vers 15 h, rue des goujons, un des travailleurs du service propreté a été victime d’une agression, verbale puis physique. Selon nos sources, de cinq à dix individus ont tabassé un ouvrier communal, alors qu'il était chargé de vider les poubelles et de débarrasser les sacs qui encombrent la voirie. Il est en incapacité de travail pour 15 jours. 

Contactées par nos soins, les autorités communales jugent l'agression inacceptable et déclarent que "la commune va se constituer partie civile dans ce dossier".

La goutte d'eau qui fait déborder le vase

D'après le personnel, cet incident est loin d'être le premier. Les travailleurs revendiquent davantage de sécurité dans les tâches qu'ils effectuent en rue. Leurs représentants syndicaux ont exigé et obtenu une rencontre avec les autorités communales. La réunion a permis de mettre en place un plan d'action. 

Le travail reprendra mardi. Mais mardi et jeudi, l'ensemble du personnel du service propreté ira nettoyer le quartier Cureghem, là où a eu lieu l'agression, pour exprimer sa solidarité avec la victime.

Cette semaine, le personnel dressera un inventaire des incidents survenus ces derniers mois. Sur base de cet inventaire, la commune promet de prendre des mesures dès la semaine prochaine. Plusieurs pistes sont déjà envisagées, comme la généralisation du travail en binôme ou la mise en place d'une formation pour réagir de manière appropriée à une agression.

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK