Allier sport et étude pour mieux vivre son blocus de fin d'année

Les moyens sont nombreux pour relâcher la pression lors du blocus de fin d'année
Les moyens sont nombreux pour relâcher la pression lors du blocus de fin d'année - © NICOLAS MAETERLINCK - BELGA

Si cette période de fin d’année est souvent synonyme de fête, pour les étudiants, elle est aussi synonyme de préparation aux examens de janvier.

Afin d’offrir un soutien et un encadrement aux étudiants, universités et associations multiplient les initiatives ces dernières années. Et certaines d’entre elles sont même plutôt originales.

L'ASBL "Blocus Assistance", par exemple, mêle étude intensive encadrée et activités sportives. "Un esprit sain dans un corps sain", c'est un peu l'adage de cette ASBL.

Sur le temps de midi, du football et du ping-pong sont au programme alors que la fin de journée est réservée à la découverte d'une nouvelle activité sportive.

Une trentaine d’étudiants ont tenté l’expérience cette année comme Élisabeth qui, en deuxième année de droit, a fait tout son blocus de noël ici. "C’est très structurant," décrit-elle "car quand on est chez soi, on a tendance à prendre plus de pause, à se dire qu’on peut prendre 10 minutes de marge. Ici on est obligé de se lever, on est obligé de venir."

Les horaires sont imposés et chaque journée est fractionnée entre étude, sport et repos. Comme l'explique Pierre Boonen, jeune diplômé venu aider les étudiants, ceux-ci travaillent "par tranches de 2h avec à chaque fois une pause de 20 min entre et évidemment une pause plus longue à midi. L’idée c’est d’arriver à 8h de blocus sur la journée."

Ce jour là, à 18 heures, changement d'ambiance. Les étudiants s'essayent à la boxe. "On se détend, on oublie ce blocus stressant, on se défoule" nous dit Miguel.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK