Acheter des vêtements imaginés et fabriqués à Bruxelles dans une démarche éthique, c'est possible!

Choisir d'acheter des vêtements produits selon une éthique eco-responsables , c'est une philosophie qui se fait sentir sur le ticket de caisse.
Choisir d'acheter des vêtements produits selon une éthique eco-responsables , c'est une philosophie qui se fait sentir sur le ticket de caisse. - © Ben Gabbe - AFP

Après le mouvement slow food, voici le slow fashion. No season, une petite marque bruxelloise de prêt à porter lance le concept. Pour chaque modèle, seules quelques pièces sont cousues en grande partie à Bruxelles.  Mais produire et vendre du 100% local relève parfois du parcours du combattant.

Face aux grandes enseignes, véritables fast-food de la mode, chez No season on a décidé de produire local et éthique. Depuis l’achat des tissus en passant par la création et jusqu’à la confection, tout est belge.

"Les trois quarts des ateliers se trouvent sur Bruxelles. J’ai décidé de travailler avec des petites couturières qui ont vraiment un certain savoir-faire. C’est une forme de participation à l’économie locale aussi ", déclare Eva sigri de chez No season.

Uniquement via internet

Pour que le prix d’une pièce n’explose pas, l’entreprise a décidé de se passer des points de ventes classiques.

"Les magasins physiques ont à prendre en charge énormément de choses, la TVA, l’électricité, leurs employés. Si en plus, on doit rajouter au coût de production et notre propre marge de créateur, plus la marge bénéficiaire du magasin, on arrive à des prix exorbitants ", explique la bruxelloise.

La parade c’est de vendre uniquement via internet. C’est le pari du site de vente en ligne up and down hill, ouvert il y a quelques semaines seulement. Le site ne vend que des vêtements belges eco-responsables. Une philosophie qui se fait sentir sur le ticket de caisse, il faut compter 120 euros pour une blouse, et jusqu’à 290 pour une veste.

Pour la jeune entreprise : "c’est un prix qui s’explique et se justifie par le travail qui a été fait derrière et qui n’a pas été fait en Chine avec des enfants sous-payés."

Une démarche éco-responsable que up and down hill a étendue au choix de la banque utilisée ainsi qu’aux vélos et voitures électriques qui livrent les vêtements.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK