Accord de gouvernement bruxellois: le syndicat libéral regrette une certaine "timidité" quant à l'apprentissage des langues

Accord de gouvernement bruxellois: le syndicat libéral regrette une certaine "timidité" quant à l'apprentissage des langues
Accord de gouvernement bruxellois: le syndicat libéral regrette une certaine "timidité" quant à l'apprentissage des langues - © ERIC LALMAND - BELGA

Le syndicat libéral CGSLB a réagi jeudi à la déclaration de politique générale du tout frais gouvernement de la Région de Bruxelles-capitale, signalant plusieurs points considérés comme allant dans la bonne direction, mais déplorant parallèlement une "grande timidité en matière d'enseignement de la deuxième langue".

Dans un chapitre sur l'enseignement "accessible, adapté aux réalités bruxelloises", les partenaires de la coalition gouvernementale listent parmi 5 priorités celle de "révolutionner l'apprentissage des langues".

La connaissance du néerlandais a chuté ces dernières années à Bruxelles

Face à ce constat, le gouvernement entend "simplifier et faciliter la collaboration (entre les écoles francophones, néerlandophones et anglophones, ndlr) afin de stimuler l'enrichissement mutuel et un meilleur apprentissage des langues", peut-on lire ensuite dans le document.

"Le gouvernement invitera les Communautés et l'Etat fédéral à conclure un accord de coopération en vue de mieux organiser, dans le cadre des compétences actuelles, l'enseignement du français et/ou du néerlandais et des autres langues (...) Il entend également poursuivre la formation des instituteurs bilingues en encourageant les collaborations entre Hautes écoles néerlandophones et francophones dans le cadre d'un cursus commun et d'une co-diplomation".

Le syndicat libéral se dit peu convaincu par ces quelques phrases trop vagues

"Qualifié de révolutionnaire, ce chapitre ne reprend que des intentions déjà exprimées par le passé et qui ont été sans effets concrets. L'école bilingue reste une évidence pour beaucoup sans que les projets du gouvernement ne laissent en espérer la réalisation", note la CGSLB, jeudi. "Il en va de même pour l'apprentissage de la deuxième langue dès le plus jeune âge qui ne fait pas partie du menu proposé, malgré l'efficacité reconnue d'une telle mesure."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK