A mi-parcours, l'enquête publique sur le PRDD bruxellois est un échec

L'enquête publique sur le PRDD n'attire pas les foules
L'enquête publique sur le PRDD n'attire pas les foules - © Kristof Van Accom - Belga

Depuis le 13 janvier, la région bruxelloise consulte ses habitants sur le projet de Plan Régional de développement Durable (PRDD) qui fixe les grandes orientations urbanistiques pour les 20 prochaines années en matière d'équipements collectifs, de logement et d'aménagement du territoire. L'enquête publique permet aux habitants de formuler leurs remarques en direct au gouvernement du socialiste Rudi Vervoort. Pour ce faire, ils peuvent soit compléter un formulaire en ligne, soit se rendre au service de l'urbanisme de leur commune et adresser leurs observations aux fonctionnaires locaux, qui les transmettent à "perspective.brussels", à la Région donc. L'enquête dure jusqu'au 13 mars. Nous sommes à mi-parcours.

Sept réactions par jour depuis un mois

Vous les avez sans doute vus ou entendus, des spots publicitaires vous incitent à participer à l'enquête publique. La plupart des communes ont organisé - ou vont le faire - des séances d'information sur le PRDD. Le Ministre-Président lui-même a payé de sa personne lors d'une récente réunion publique. Dans les maisons communales, une signalétique spécifique indique aux citoyens où se rendre pour donner leur avis. Malgré ces efforts louables, la mayonnaise ne prend pas. Au niveau du site internet régional, on a enregistré 7 réactions par jour depuis un mois, soit quelque 210 avis. Quant aux communes, c'est franchement la catastrophe. Nous avons sondé huit communes bruxelloises : Anderlecht, Bruxelles, Forest, Ixelles, Molenbeek, Schaerbeek et les deux Woluwe. En tout, hormis quelques conseillers communaux à Woluwe-Saint-Lambert, quatre ou cinq personnes au total ont participé à l'enquête publique dans leur commune. Personne ne s'est déplacé à Bruxelles, Anderlecht, Forest ou Molenbeek, par exemple.

Il reste donc un mois pour redresser la barre mais les élus locaux n'y croient guère, même si certains communes doivent encore organiser leur séance d'information. "C'est normal qu'il y ait peu de monde", explique la porte-parole d'un échevin de l'urbanisme. "Les habitants se manifestent surtout pour des projets concrets près de chez eux". Ce désintérêt citoyen ne signifie pas pour autant que le PRDD laisse tout le monde indifférent. Toutes les communes enverront prochainement leur avis à la région. Celui d'Anderlecht, par exemple, compte 21 pages.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Recevoir