A Ixelles, un ancien Delhaize voué à la démolition est l'oeuvre de l'architecte Delune

Les riverains s'opposent au projet immobilier et à la destruction d'un ancien Delhaize
2 images
Les riverains s'opposent au projet immobilier et à la destruction d'un ancien Delhaize - © Rtbf

L'asbl "Un ilot un quartier" s'oppose à un projet immobilier de Besix Real Estate. Le promoteur veut raser l'ancien Delhaize de la chaussée de Waterloo pour construire à la place et en intérieur d'ilot 82 logements, des commerces, des surfaces de bureaux ainsi que deux étages de parkings souterrains pour 138 véhicules. Une première mouture du projet a été recalée par la commission de concertation d'Ixelles. Le promoteur a donc revu sa copie mais, pour les opposants, la seconde version est aussi imbuvable que la première.

Une ancienne patinoire d'Aimable Delune

L'ex-Delhaize Molière abritait jadis, au début du 20e siècle, une patinoire emblématique de la Belle-Epoque, le "Royal Rinking". Cet élément historique n'est en soi d'aucune utilité pour les riverains opposés au projet, jusqu'à ce qu'un archéologue et historien de l'art de l'ULB, Pierre Anagnostopoulos, découvre que l'immeuble est l'oeuvre de l'architecte Aimable Delune, connu pour ses réalisations éclectiques et Art Nouveau à Forest, Saint-Gilles, Ixelles et Uccle. Pour autant, cela ne signifie pas que le bâtiment promis à la démolition présente nécessairement un intérêt patrimonial. "Aimable Delune fait partie d'une fratrie de quatre architectes. Il est très célèbre", explique Claude Pirotte, membre de l'asbl "Un ilot un quartier". "La charpente métallique laminée de l'ancienne patinoire existe toujours, elle est tout à fait typique de l'époque et elle est tout à fait intacte. Même s'il y a des murs de briques qui la recouvrent par-ci par-là, elle est absolument intacte."

Un avis des Monuments et Sites

Les riverains souhaitent que la commune ou la région demande un avis à la Commission royale des Monuments et Sites, un organe indépendant chargé d'évaluer l'intérêt patrimonial et architectural des bâtiments bruxellois. Au final, le dernier mot reviendra à la région et au Ministre-Président Rudi Vervoort, à la fois en charge de l'urbanisme et du patrimoine. Si la CRMS devait décider que l'ancienne patinoire est digne d'être classée, il deviendrait plus difficile aux autorités régionales de passer outre. A défaut d'une consultation de la CRMS, les riverains envisagent de recueillir les signatures nécessaires à l'introduction d'une pétition de classement. En tout état de cause, la conservation du bâtiment de l'ancienne grande surface risque de compromettre la rentabilité du projet immobilier.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK