A Bruxelles, Covid-19 ou pas, les escort-girls travaillent toujours

La prostitution est actuellement interdite, mais des escort-girls travaillent malgré tout
La prostitution est actuellement interdite, mais des escort-girls travaillent malgré tout - © DR

Elles se font appeler Margo, Ronda, Slava ou Chloé. Elles viennent de Russie, des pays baltes ou d'Europe de l'Est. Ce sont ce qu'on appelle des "escortes", des prostituées de luxe (200 euros de l'heure la prestation, minimum) qui sillonnent l'Europe pour offrir leurs services. Elles ne restent en général dans une ville que quelques semaines ou quelques mois. 

Prostitution pourtant interdite

Par sa nature même, la prostitution nécessite un contact physique rapproché et est donc interdite en ces temps d'épidémie. Dans un précédent article, nous avions fait le tour de la vingtaine de salons de massage actifs à Bruxelles. Tous avaient cessé leurs activités, à l'exception d'un seul, que le bourgmestre d'Etterbeek a fait fermer à la suite de nos informations.

La prostitution en vitrine est bien entendu elle aussi à l'arrêt. Dans ce type de commerce du sexe, le contrôle policier s'avère assez facile. Par contre, pour les escorts, les faits se déroulent dans des appartements privés situés généralement dans les beaux quartiers de la capitale. Les filles offrent leurs services via des sites spécialisés comme "Escorts in Belgium" ou "ooh la la". 

Une trentaine de femmes actives

Rien que sur ce dernier site, 38 annonces sont en ligne. Sur ces 38, seules 5 femmes font explicitement mention d'un arrêt de leurs activités en raison des mesures liées au coronavirus (toutes joignables via un même numéro de gsm étranger). Nous avons donc envoyé un SMS à 19 escorts pour leur demander si elles étaient disponibles pour un rendez-vous. Huit nous ont répondu positivement, une nous a renvoyé vers une de ses "collègues", une autre nous a violemment insulté et les neuf autres n'ont pas répondu. 

Près de la moitié des escorts contactées sont donc disposées à courir le risque d'une transmission du Covid19 et à braver l'interdiction de contacts physiques. La plupart se situent sur la commune d'Ixelles et dans les environs de l'avenue Louise. 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK