Une société belge basée à Louvain-la-Neuve propose les congés illimités à son personnel

Geo Janssens, CEO de Jonckers, et Marc Jonckers, fondateur de la société.
Geo Janssens, CEO de Jonckers, et Marc Jonckers, fondateur de la société. - © Hugues Van Peel - RTBF

Voilà un nouveau type de gestion des ressources humaines qui en fera sans doute rêver plus d’un: la société Jonckers, dont le siège est à Louvain-la-Neuve, va proposer à ses employés de prendre autant de jours de congés payés qu’ils veulent chaque année.

Active dans le domaine de la traduction, cette entreprise emploie quelque 200 personnes dans une dizaine de pays. Elle mise beaucoup sur les nouvelles technologies pour se démarquer, ce qui lui a permis de ferrer quelques gros clients comme Microsoft ou Amazon. Et dans ce secteur très concurrentiel, plutôt que d’offrir des salaires en or, elle met en avant de très enviables conditions de travail pour attirer les meilleurs profils.

"De nos jours, l’environnement de travail est trop souvent vu comme un ennemi, comme quelque chose de mauvais, explique Geo Janssens, le patron de Jonckers. Or c’est dommage, parce que c’est ce qu’on fait durant la plupart de nos heures de vie éveillée. Il faudrait plutôt que ce soit un environnement apaisant, il n’y a pas de raison que le travail génère du stress chez les gens."

Des employés sereins qui travaillent mieux

Il y a peu, les congés illimités ont été instaurés sur les sites de Jonckers en République tchèque et en Slovaquie. Les premières réactions sont apparemment très positives.

"Ce système a permis aux gens de mieux planifier leurs périodes de respiration, pas seulement pour leur famille, pour leurs enfants ou pour s’occuper des autres, mais aussi pour eux-mêmes. Ce que j’en retire, c’est que les gens sont plus sereins. Et grâce à ça, on rend peut-être aussi un meilleur service à nos clients. On est plus ouvert, plus zen et donc on fournit un meilleur travail."

Mais n’y a-t-il pas un risque de dérapage? Géo Janssens est confiant. Des abus, il y en aura peut-être, mais dans une entreprise qui offre de telles conditions, les employés auraient plutôt tendance à tout faire pour que les objectifs soient atteints.

Moins de surmenage

"Un manager peut toujours refuser les congés au cas où le moment est très mal choisi, où si l’équipe est en sous-effectif. Mais les gens savent choisir les moments opportuns où poser leurs congés. En général, même à court terme, c’est accepté parce que quand ils le font, c’est que la situation s’y prête où que c’est vraiment nécessaire pour eux. Quand ils ont besoin de souffler, les forcer à travailler n’est pas une solution envisageable."

Ces congés illimités entraînent donc aussi moins de surmenage et moins d’absences pour raisons médicales. Tout le monde serait donc gagnant.

Les congés légaux, le minimum

Le patron de Jonckers s’est inspiré de ce qui se fait dans certaines entreprises américaines. La seule chose qu’il impose à ses employés, c’est de prendre au moins les jours de congé auxquels ils ont droit légalement.

"J’ai vu des entreprises aux Etats-Unis où ça a poussé les salariés à prendre moins que leurs congés légaux pour essayer de montrer qu’ils étaient plus performants que d’autres. J’ai donc voulu éviter ça, donc on a forcé les employés à prendre au moins les congés légaux et les heures de récupération. On ne veut pas que ce soit perçu comme un moyen détourné d’augmenter la productivité. C’est l’opposé de ce qu’on cherche. Ce qu’on cherche, ce sont des gens heureux qui font leur travail de manière apaisée."

Chez Jonckers, il n'y a donc pas de règle fixe, pas de contrainte ni de feuille de présence. Les congés illimités font partie d'un plan qui privilégie aussi la flexibilité et le télétravail, à méditer.