Une crèche de Braine-l'Alleud ferme ses portes à cause d'un nouveau règlement incendie

"Ô comme 3 pommes" a ouvert ses portes en 2004 dans un nouveau bâtiment aux normes pour les crèches. La maison près de la gare de Braine-l'Alleud a fait depuis lors les mises à niveau pour rester conformes aux normes d'incendie. "Il y a des portes coupe-feu, détecteurs incendie, extincteurs, escaliers et portes résistants au feu, éclairage de secours et tous les cinq ans les circuits électriques sont certifiés conformes" explique Philippe Pouchain, le propriétaire de l'immeuble. Il croyait être en ordre. "En novembre 2014, les pompiers m'ont dit que j'étais parfaitement conforme pour cinq ans". Mais en juin 2016, il n'en croit pas ses yeux. Il apprend que son bâtiment n'est plus aux normes. "Nous l'avons appris par hasard parce que nous avions décidé de céder notre activité." Le nouveau règlement exige la construction d'un escalier de secours au 2e étage côté jardin et côté rue. Mais la maison est un bel étage avec un toit en pente. "Je devrais casser les murs et faire une plate-forme avec des escaliers extérieurs. Mais je ne sais pas mettre un escalier sur le trottoir devant la maison. Ça ne me paraît pas possible."

Pas le temps de trouver autre chose

Philippe Pouchain l'a appris trop tard, en été 2016, qu'il devait se mettre en conformité pour avril 2017. "C'est trop court" dit-il. "Si je l'avais su au moment où le nouveau règlement a été adopté j'aurais eu le temps de me retourner et d'essayer de trouver autre chose. Maintenant c'est trop tard." Il a donc décidé à son grand regret de fermer la crèche. 16 enfants vont se retrouver le 1er avril sans maison d'accueil et quatre employés sans travail.

Un nouveau règlement prévention incendie pour la zone de secours du Brabant wallon

La zone de secours du Brabant wallon a proposé d'harmoniser les règles sur toute la province. Elle a élaboré un texte: le règlement de police relatif à la protection contre l'incendie et l'explosion. 19 communes sur 27 l'ont adopté en conseil communal. Deux autres, Chastre et Mont-Saint-Guibert, ont une réglementation quasi identique. Il reste Tubize, Ittre, Rebecq, Waterloo, Braine-le-Château et Orp-Jauche qui ne l'ont pas encore choisi.

Un couac dans la communication ?

Mais qui aurait dû mettre la crèche brainoise au courant ? L'ONE dit que ce n'est pas de son ressort. Il y a trop de règles différentes. Selon l'Office de la naissance et de l'enfance c'est à la zone de secours de s'en charger. Mais à Wavre, le Captaine Emmanuel Du Cumont, directeur du département prévention de la zone, n'est pas d'accord. "Nous, on a proposé un texte aux législateurs, donc aux communes. Ce n'est pas à nous de le communiquer." A la commune de Braine-l'Alleud, l'échevin de l'urbanisme Jean-Marc Wautier explique qu'il a fait le nécessaire et que le règlement a été mentionné dans le bulletin communal "L'Echo du Hain" n° 138 du 26 mars 2015 qui est distribué dans toutes les boîtes aux lettres. L'annonce du règlement a aussi été faite sur Facebook et sur les réseaux sociaux.

Pas possible de prévenir tout le monde

Mais ce règlement ne concerne pas seulement les crèches. Jean-Marc Wautier explique que beaucoup de monde est concerné. "Les nouveaux lotissements, les bâtiments industriels, les commerces, l'Horeca, les bâtiments scolaires, les salles d'attente des médecins et dentistes, cela reprend des milliers de personnes. C'était impossible de faire des lettres individuelles."

Prévenir les autres crèches

Sonia Gilliard, la directrice de la crèche "Ô comme 3 pommes" travaille depuis presque douze ans à la maison d'enfants. Elle rêvait de la reprendre. Mais aujourd'hui, elle fait appel aux autres crèches pour essayer de trouver des places pour les 16 enfants qui doivent partir. "J'ai envoyé un mail à d'autres structures de la région pour dire que nous fermons et pour savoir s'ils ont de la place. Je les invitais aussi à lire ce nouveau règlement général de police parce que j'espérais qu'elles n'étaient pas dans le même cas que moi, qu'elles ne doivent pas fermer. Beaucoup m'ont répondu "Mais qu'est-ce que c'est que ça encore!"

Tanguy Stuckens, le député provincial en charge de la petite enfance, déplore cette fermeture. "La sécurité est essentielle, c'est évident. Mais l'évolution des normes fait qu'à un moment elle met en péril l'existence des milieux d'accueil. Ce qui est très grave et dangereux pour l'avenir. Car si un certains nombres de milieux d'accueil doivent fermer parce que sans cesse on veut faire évoluer les normes, un moment ça pose question sur la capacité d'accueillir les enfants et sur la capacité des parents du Brabant wallon de trouver une place tout simplement."

Le 31 mars 2017, "Ô comme 3 pommes" fermera définitivement ses portes.

 

 

 

 

 

 

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK