Un tétraplégique remporte son combat contre sa mutuelle

Real Hutchinson habite Louvain-la-Neuve. L'an dernier, la Mutualité chrétienne avait diminué les remboursements de soins infirmiers auxquels il avait droit. Après un contrôle de quelques minutes seulement, il avait été rétrogradé de C à A sur l'échelle de Katz, échelle qui calcule le niveau de dépendance d'une personne handicapée. Or, ce tétraplégique a besoin, quotidiennement, de trois passages d'infirmière par jour pour se laver, se nourrir ou aller aux toilettes.

Le tribunal du travail du Brabant wallon vient de lui donner raison. Real Hutchinson espère à présent que ce jugement fera jurisprudence. "D’abord, je suis soulagé. J’espère aussi que ce jugement permettra à d’autres personnes handicapées de savoir qu’on peut se défendre malgré tout et récupérer ses droits. Parce que les mutuelles comptent sur le fait que la personne dépendante, malheureusement, n’est pas toujours au courant de ses droits (…) Moi, j’ai besoin de mes trois passages par jour : pour me lever, me coucher et m’habiller (…) Ce que je trouve aberrant, c’est que l’on ne se fasse pas contrôler par un médecin rééducateur, mais par une infirmière-conseil qui vient chez vous et qui met votre vie et votre autonomie à néant en deux minutes de temps !"

Du côté des Mutualités chrétiennes, on ne compte pas faire appel de cette décision. Les mutualités qui rappellent qu'un projet de révision du système d'évaluation du niveau de dépendance des personnes handicapées est en cours au niveau fédéral.