Un réseau de 650 vélos électriques partagés bientôt mis en service dans six communes du Brabant wallon

Une nouvelle solution de mobilité verra bientôt le jour en Brabant wallon: un réseau de vélos électriques partagés. Il sera mis en service au printemps ou à l’été 2021 dans les communes de La Hulpe, Rixensart, Wavre, Lasne, Waterloo et Braine-l’Alleud.

C’est l'intercommunale inBW qui pilote le projet. Et elle a vu les choses en grand puisqu’il est question, dans un premier temps, d’une flotte de 650 vélos.

"Le projet vise à couvrir l'ensemble du Brabant wallon en quatre phases, détaille Christophe Dister, bourgmestre de La Hulpe et président d'inBW. Si on voit que ça fonctionne bien, on pourrait accélérer le phasage. A terme, nous aurons à peu près 1750 vélos sur toute la province."

A Braine-l'Alleud, commune brabançonne la plus peuplée, 175 vélos seront répartis sur une quinzaine de sites fréquentés, comme la gare, la piscine, le stade communal, le centre administratif et la bibliothèque.

"C'est ambitieux, mais je crois qu'à un moment donné, il faut se donner les moyens et atteindre un seuil critique pour que ce soit un succès, justifie Henri Detandt, échevin brainois de la mobilité. Si on ne met que quelques vélos à disposition à gauche et à droite, et que l’utilisateur potentiel ne trouve pas de vélo lorsqu’il veut l’utiliser, évidemment c’est raté."

On paie à la minute

La tarification est fixée pour l’instant à 20 centimes par minute, mais un système de forfait et d'abonnement est à l'étude pour encourager l'utilisation des vélos. Quant au mode d’emploi, il sera assez simple.

"Vous pouvez réserver un vélo avec une application spécifique, poursuit l’échevin. Et dès que vous l’avez réservé, une fois qu’il quitte la zone de parking, le chronomètre se met en route. Vous louez le vélo jusqu’au moment où vous entrez dans une autre zone. Et c’est en entrant dans la zone que le chronomètre va s’arrêter automatiquement."


►►► À lire aussi : Plus de 200 vélos sont volés chaque jour en Belgique


La zone d’arrivée ne doit pas forcément être la même que la zone de départ. L’utilisateur peut laisser son vélo dans une autre zone de la commune, où même dans une commune voisine, c’est évidemment tout l’intérêt de ce réseau.

Ces zones ne seront pas équipées de bornes de rechargement. L'intercommunale a opté pour un système plus souple qui ne nécessite quasiment aucun aménagement.

"Dès qu'une batterie atteint un niveau de 15% d'autonomie, elle sera changée, explique Christophe Dister. Avec ce système, si on se rend compte qu'une zone ne fonctionne pas, on pourra très facilement la changer de place. Le prestataire qui sera choisi devra donc veiller à ce que les vélos soient chargés en permanence et qu'ils se trouvent au bon endroit."

Un outil de développement touristique?

Initialement, cinq communes seulement étaient concernées, mais Braine-l’Alleud a insisté pour être partie prenante.

"Cela nous semblait assez cohérent, vu que ce projet concerne les autres communes associées au champ de bataille de Waterloo, explique Vincent Scourneau, bourgmestre de Braine-l’Alleud. Cela permet d’intégrer le projet dans le développement du tourisme sur le site."

Chaque commune participera financièrement à la concrétisation du projet, à raison de deux euros par habitant. Pour Braine-l’Alleud, commune la plus peuplée du Brabant wallon, la facture avoisine les 80.000 euros. Le point a été voté au conseil communal du mois de décembre.

Ventes records de vélos pendant le confinement: archives JT du 09/06/2020

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK