Tuning et rodéos dans un zoning de Tubize: la police démunie, quelles solutions pour enrayer le phénomène?

Il n’est pas rare d’observer de bruyants rassemblements de voitures et de motos, le soir, au parc d’activité économique de Tubize 2, à Saintes. Le site, encore largement inoccupé, est équipé d’une belle voirie dégagée qui donne des idées aux amateurs de tuning et de vitesse. Des riverains se sont plaints des nuisances sonores, la police a déjà dressé plusieurs dizaines de procès-verbaux mais elle semble démunie. La configuration du site l’empêche d’intervenir efficacement.

"Le parc offre plusieurs entrées carrossables qui sont totalement accessibles, explique le commissaire Nicolas Meuwis, directeur des opérations à la zone de police Ouest Brabant wallon. Mais nous avons surtout les terrains en friche non-bâtis qui permettent un accès tous azimuts. Donc, quand des riverains appellent nos services parce qu’il y a du tapage, à l’arrivée de l’équipe, les voitures quittent les lieux tous azimuts également."

Des solutions inefficaces jusqu'à présent

Le problème n’est pas neuf. Au printemps 2020, les autorités communales avaient déjà fait placer des conteneurs pour empêcher le passage à certains endroits. Solution forcément temporaire. Une barrière a par ailleurs été installée à une des entrées, mais elle reste souvent ouverte.

Le plus simple serait sans doute de barrer tous les accès. Et pas seulement les routes. Pour empêcher les voitures et les motos de couper à travers champs, on pourrait aussi par exemple envisager de creuser des fossés autour des parcelles non-bâties. Mais cette solution radicale semble difficilement praticable.

"Le parc d’activité se développe, des entreprises sont occupées à s’y installer, explique Michel Januth, bourgmestre de Tubize. Il y a des sociétés qui viennent livrer des matériaux, parfois la nuit et même le week-end. Donc, empêcher l’accès au parc, ce n’est pas possible."

2 images
Une barrière a été installée à une des entrées, mais elle reste souvent ouverte. La zone est aussi régulièrement investie par des gens du voyage. © Google

Des dispositifs ralentisseurs?

D’autres solutions sont donc envisagées, comme l’installation de dispositifs ralentisseurs. Une réunion aura lieu prochainement entre la ville, la police et l’intercommunale inBW, propriétaire du parc.

A terme, les caméras de surveillance qui seront placées aux entrées du site auront peut-être aussi un effet dissuasif. Par ailleurs, malgré les difficultés, la police ne baisse pas les bras. Chaque appel est pris en compte et donne lieu à une intervention.

"Quand on a la chance de pouvoir les coincer et de pouvoir identifier les conducteurs, même les conducteurs qui prennent la fuite et dont on peut relever la marque d’immatriculation, il y a verbalisation", indique le commissaire Meuwis.

Et dans les cas où la sécurité serait gravement menacée, les véhicules pourraient faire l’objet d’une saisie administrative.

Rodéos urbains: Bruxelles prend des mesures (JT 05/06/2021)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK