Sur les traces de Napoléon en Wallonie "il y a 200 ans, Napoléon n’est pas arrivé à Waterloo en jet privé"

Depuis Beaumont dans le Hainaut jusqu’à la bute du Lion sillonne la route de Napoléon. Nonante-quatre kilomètres par lesquels sont passés l’empereur et ses troupes avant d’arriver sur le champ de bataille de Waterloo. Le journaliste de Métro Thomas Wallemacq est parti sur les traces de l’empereur français en empruntant une partie de cette route. Il signe un papier à ce propos dans le journal Métro. Il l’a raconté dans la matinale de BW Matin.

Durant tout l’été, les 7 décrochages régionaux de Vivacité mettent un coup de projecteur sur la presse écrite. La RTBF vous propose le regard et la plume des journalistes de terrain, en Wallonie et à Bruxelles dans le cadre "#Restart", le plan de la RTBF lancé en soutien à la culture et aux médias, secteurs durement touchés par la crise du Covid 19.

Le parcours a été créé il y a un peu plus de cinq ans maintenant, en marge du bicentenaire de la bataille de Waterloo. "Évidemment, il y a plus de deux cents ans, Napoléon n’est pas arrivé à Waterloo en taxi ou en jet privé. Il a parcouru une bonne partie du Hainaut et du Brabant wallon à pied avec ses troupes", explique le journaliste.

La route comme dans la botte du Hainaut, à Beaumont. "C’est là où Napoléon et ses troupes ont passé leur première nuit en Belgique", expose Thomas Wallemacq. La route remonte ensuite vers Charleroi et la région de Fleurus avant d’atterrir dans le Brabant wallon, jusqu’à Braine L’Alleud.

Selon le journaliste de Métro, il y a un vrai intérêt historique à parcourir cette route :"ça m’a permis de découvrir des bâtiments et des endroits dont je ne connaissais pas l’histoire. À Fleurus, par exemple, il y a le moulin Naveau. C’est un endroit en haut duquel Napoléon est monté pour observer la topographie des lieux et préparer son parcours".

Pour le journaliste, c’est une expérience à faire en famille, à vélo ou en voiture : "c’est plus didactique que de passer quelques heures dans un musée", conclut-il.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK