Réouverture du karting de Wavre le 24 avril, un peu plus d'un an après l'intoxication au CO

Le karting de Wavre ouvrira le 24 avril dans une formule "électrique", en attendant l'obtention du permis pour l'utilisation de karts à essence.
2 images
Le karting de Wavre ouvrira le 24 avril dans une formule "électrique", en attendant l'obtention du permis pour l'utilisation de karts à essence. - © Hugues Van Peel - RTBF

Le karting indoor de Wavre ouvrira finalement ses portes mardi prochain, le 24 avril, après plus d'un an de fermeture forcée. Les autorités communales ont récemment donné leur feu vert au gestionnaire du site, Ghislain de Mévius, qui nous a confirmé la nouvelle.

"On aurait pu ouvrir cette semaine, explique-t-il, mais suite à un incident au karting de Floreffe la semaine dernière, on a décidé d’ajouter des ceintures de sécurité à nos karts. Nous sommes allés chercher le matériel en Italie et nous installerons tout ce vendredi pour être prêts pour mardi."

Dans un premier temps, c’est avec des karts électriques que les clients s’élanceront sur la piste. "Nous sommes toujours en procédure pour utiliser nos karts thermiques à moyen terme, poursuit Ghislain de Mévius. Dans quatre ou cinq mois maximum, on l’espère, nous fonctionnerons avec les deux et les clients pourront choisir".

Pas d'émission de CO et moins de bruit

Avec les karts électriques, les nuisances sonores seront moins importantes. Mais le plus gros avantage, c'est évidemment qu’ils n’entraînent aucun rejet de gaz. Il n’y a donc pas de risque de voir se reproduire le grave incident du 11 février 2017. Ce jour-là, trois jours avant l’inauguration du WIK (Wavre Indoor Karting), une septantaine de personnes avaient été intoxiquées au monoxyde de carbone lors d’une course d’endurance.

Le dispositif de ventilation amélioré

Depuis lors, le système de ventilation et d’extraction de l’air vicié a été revu et corrigé (et apparemment testé avec succès) pour répondre aux normes, mais les procédures pour l’obtention du permis n’ont pas encore abouti. Le karting a donc introduit parallèlement une demande de permis pour l’utilisation de karts électriques.

"Suite à l’incident, on a testé tous les modèles électriques qui existent sur le marché et ça a été une très bonne surprise. On a été séduit, c’est très agréable à conduire. Moi-même je suis un amateur du moteur à essence, mais j’ai été convaincu par l’électrique. Le seul bémol, c’est l’autonomie, il faut donc relativement souvent changer de batterie. Il faut oublier les courses d’endurance de deux heures, nous avons dû repenser les formules et le business."

Rappelons qu’en février dernier, Ghislain de Mévius avait bénéficié de la suspension du prononcé devant le tribunal correctionnel de Nivelles où il était poursuivi pour coups et blessures involontaires suite à l’intoxication. "Je n’oublierai jamais ce qui s’est passé, conclut-il. Je suis content que toutes les victimes soient indemnes, et maintenant la page est tournée".

Archives : le dossier du karting de Wavre au JT du 15/01

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK