Remaniement au collège communal d'Ottignies-LLN: Cédric du Monceau cède sa place à Yves Leroy, "une personne de grande valeur"

Cédric du Monceau (à gauche), futur président du conseil communal, et Yves Leroy (à droite), futur échevin.
2 images
Cédric du Monceau (à gauche), futur président du conseil communal, et Yves Leroy (à droite), futur échevin. - © Hugues Van Peel - RTBF

Il n’y avait pas d’amertume, pas d’aigreur ni de regrets dans les mots prononcés ce mercredi matin par Cédric du Monceau (Avenir-cdH) lors de la conférence de presse organisée par le collège communal d’Ottignies-Louvain-la-Neuve. Le premier échevin quitte son poste mais il n’abandonne pas la politique.

"Je reste à Ottignies, je suis totalement amoureux de ma ville depuis toujours, il y a un historique très long, explique-t-il. Et je vais devenir président du conseil communal. Donc je prends de la hauteur et aussi une certaine liberté puisque j’aurai évidemment moins de travail au quotidien. Mais je suis à la disposition de tous les échevins, de tous les conseillers, de tous les habitants d’ailleurs. Je reste dévoué à Ottignies, mais d’une autre manière."

Président du conseil? Une promotion pour Cédric du Monceau

Après 13 ans au collège, Cédric du Monceau fait un pas de côté, à la surprise générale. A contre-courant de la plupart des élus, qui visent une fonction exécutive, il se réjouit de "peser" différemment sur l’avenir de sa ville. Et il l’affirme, c’est pour lui une promotion: le conseil communal est le lieu essentiel de la participation et de l'échange, dit-il.

"Dans ma vie professionnelle, je me suis toujours imposé une sorte de règle 80/20. Si en une dizaine d'années, on n'a pas réalisé 80% de ses objectifs, c'est qu'il faut changer de fonction. Et si on a atteint 80% ou plus, il est aussi temps d'évoluer."

A la tête d'un échevinat crucial (l'aménagement du territoire, l'urbanisme et le commerce notamment), Cédric du Monceau estime avoir atteint ses objectifs. Et concernant ses ambitions politiques? Oui, il rêvait de devenir bourgmestre. Mais non, il n’est pas frustré.

"J’ai un caractère de sportif, je continue à jouer au hockey tous les dimanches. Et je sais que lorsqu’on monte sur un terrain, si on ne gagne pas le match, c’est que le destin n’était pas au rendez-vous, c’est que l’équipe n’était pas suffisamment forte. Néanmoins, nous avons gagné deux sièges et la présidence du conseil aux élections. Cette énergie n’était pas au rendez-vous du destin personnel mais j’ai voulu qu’elle puisse servir à d’autres. En faisant monter Yves Leroy au collège et en permettant à Benoît Jacob de devenir premier échevin, j’ai la conviction de contribuer au bien-vivre à Ottignies-Louvain-la-Neuve, au bon fonctionnement du collège communal, plutôt que de rester avec d’éventuelles aigreurs, ce que je n’ai pas mais qu’on pourrait croire que j’ai."

Pas de tension dans la majorité

Cédric du Monceau a toujours revendiqué une liberté de ton, n’hésitant pas à afficher ses opinions personnelles sur certains dossiers sensibles, alors que le collège ne s’était pas encore prononcé. On a pu voir dans l’annonce de son départ le signe de tensions au sein de la majorité, il balaye.

"On a toujours le droit d’avoir des points de vue différents, c’est le propre de la politique et des êtres humaines. Ici, nous avons évidemment une dynamique extraordinaire, avec trois partis. On doit tout le temps composer. Mais pour les habitants, c’est sain. Parce que personne ne neutralise le pouvoir en tant que tel. Avec cette évolution personnelle, j’essaie de faire de la place pour de nouvelles idées."

Un Gille de Binche comme échevin à Ottignies

Cédric du Monceau sera donc remplacé au sein du collège par Yves Leroy qui avait obtenu le troisième score de la liste Avenir aux élections communales en 2018. "Une personne de grande valeur", selon l'échevin sortant.

"La campagne pour les élections m’a beaucoup inspiré, confie Yves Leroy, j’ai adoré ça, discuter avec les gens, les rencontrer et me battre pour émerger. Après les élections, j’ai obtenu la présidence du conseil, c’était déjà une récompense. Mais échevin, je ne m’y attendais pas. Quand Cédric m’en a parlé, je n’ai pas joué les coquettes, je lui ai dit que ça m’intéressait et tout s’est mis en branle."

Binchois d’origine, Gille pour la vie, Yves Leroy est arrivé à Ottignies-Louvain-la-Neuve en 1976. Diplômé en éducation physique et en sciences du travail, il a exercé diverses fonctions à l’UCLouvain avant de prendre la direction du centre sportif du Blocry, un poste qu’il a occupé de 1989 à 2014 et qui lui a valu une certaine notoriété dans la commune et le milieu étudiant. Il est aussi, encore aujourd'hui, président de l’ASBL Sans Collier basée à Perwez.

Un nouveau départ pour le collège

Ce mercredi, ses nouveaux collègues au sein du collège ont salué son arrivée. "Il connaît déjà bien les enjeux et les partenaires essentiels de la commune, donc je suis assez rassurée sur la question, explique Julie Chantry, bourgmestre. La dynamique du collège va certainement changer, mais on connaît bien Yves. Et il n’y a pas d’inquiétude sur la bonne entente qui va régner entre nous".

La démission de Cédric du Monceau de son poste d’échevin, sa désignation comme président du conseil communal et son remplacement par Yves Leroy seront actés le 28 janvier lors du prochain conseil.

On peut voir Cédric du Monceau dans cette archive JT: sujet "les appartements ont plus la cote que les maisons en Wallonie" (reportage du JT de 30 mars 2019)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK