Rebecq : une indépendante contrainte de rembourser le droit passerelle

C’est un mail porteur de mauvaises nouvelles que Françoise Braive a reçu ce mercredi. La jeune femme de 36 ans est indépendante et doit rembourser 5166 euros de droit passerelle reçus à tort pendant quatre mois.  “Je suis dramatisée, je n’ai pas cet argent. Le mail me dit que j’ai un mois pour rembourser 5000 euros, je ne sais pas où je vais les trouver, explique-t-elle.

Françoise Braive est atteinte de sclérose en plaques depuis des années. La jeune femme peut continuer à travailler quelques heures par jour en tant qu’indépendante, mais reçoit tout de même des indemnités d’invalidité à hauteur de 1000 euros tous les mois. Combiner ces indemnités au droit passerelle n’est pas légal. Mais on ne l’a jamais avertie.

“Je sais que j’ai eu mon secrétariat social Acerta au téléphone et que j’ai amené cette histoire d’indemnités de maladie. On m’a assuré que si le droit passerelle avait été accepté, plus personne ne reviendrait dessus. Françoise Braive n’a malheureusement pas de trace de ces échanges téléphoniques.

De son côté, Acerta affirme que l’indépendante a mal rempli un des documents administratifs, ce que dément formellement l’intéressée, preuve à l'appui. Pour pouvoir verser rapidement aux indépendants le droit passerelle, les vérifications des dossiers n’ont été effectuées qu’après les paiements par le secrétariat social.

Françoise Braive affirme être dépitée de devoir assumer une erreur de communication d’Acerta. “Je ne sais pas où je peux trouver 5000 euros. Je ne pourrai pas faire un prêt à une banque. Je le sais. Les banques sont trop frileuses pour prêter à une indépendante porteuse d’une maladie.

Une cinquantaine d’autres indépendants sont dans la même situation. Le secrétariat social Acerta affirme que ces personnes peuvent demander un étalement de paiement.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK