Pas de conteneurs pour recueillir les carcasses de moutons à Ottignies

La commune brabançonne voulait installer des structures spécifiques à l'occasion de la fête du sacrifice ce jeudi mais la justice l'a interdit en dernière minute.

Saisi en extrême urgence par l'association de défense des animaux Gaia, le tribunal de première instance de Nivelles estime en effet qu'il s'agit d'une incitation à abattre à domicile. Ce qui est illégal.

Tout partait pourtant d'un bon sentiment: Ottignies voulait éviter de retrouver des carcasses d'animaux abandonnés dans des bois ou aux bords d'une route. Parce que "ne nous voilons pas la face, des abattages à domicile, il y en aura", nous assurait le bourgmestre Jean-Luc Roland. Ces conteneurs devaient donc être une simple mesure de propreté publique.

Le problème, c'est que la commune en fait la publicité sur son site web et auprès de la communauté musulmane. Gaia et son président Michel Vandenbossche en ont eu vent. L'association a donc saisi le tribunal, qui vient de lui donner raison. "En mettant à disposition des conteneurs destinés à recevoir les dépouilles d’animaux abattus à domicile, la commune d’Ottignies/Louvain-la-Neuve viole manifestement les conditions de mise à mort des animaux imposées par la loi."

Le tribunal estime donc que mettre des conteneurs à disposition inciterait l'abattage à domicile, une pratique rigoureusement interdite. Ottignies est donc sommée de retirer ces conteneurs sous peine d'astreinte "de 50 000 euros par infraction constatée".

Gaia avait déjà obtenu pareille décision quand des conteneurs étaient placés à Bruxelles ou dans certaines communes flamandes. Mais c'était il y a quelques années, avant la mise en place de sites d'abattages temporaires. Des sites peu organisés cette année à cause de l'obligation d'étourdir l'animal avant de le sacrifier.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK