Ottignies-Louvain-la-Neuve: une taxe sur les parkings payants

Les clients de l'Esplanade vont-ils bientôt payer leur parking plus cher? Ce n'est pas exclu.
Les clients de l'Esplanade vont-ils bientôt payer leur parking plus cher? Ce n'est pas exclu. - © Belga Image

C’est une conséquence des retards dans l’enrôlement de l’impôt des personnes physiques au niveau fédéral, les recettes fiscales pour Ottignies-Louvain-la-Neuve ont diminué d’environ trois millions d’euros. Face à cette situation, la ville a décidé de diversifier ses recettes. Lors du conseil communal mardi soir, une taxe sur les places de parking payantes et accessibles au public a été votée. Elle s’élève à 100 euros par place et par an. "Nous espérons récolter environ 450 000 euros", explique l’échevin des Finances, David Da Câmara Gomes.

Cette taxe sur les parkings, la ville voulait l’instaurer depuis longtemps pour payer la sécurisation et le désenfumage des voiries souterraines à Louvain-la-Neuve. Les circonstances lui donneront une autre finalité.

Les parkings de l’Esplanade font la grimace

La nouvelle taxe affectera principalement la société MyPark qui gère les parkings du centre commercial de l’Esplanade à Louvain-la-Neuve: 3 700 places soit un montant 370 000 euros. "Par jour, cela ne représente que 27 centimes par place, détaille le directeur du site, Pierre-Henri Laureyssens. Mais il faut savoir que dans ce métier, nous vivons d’une succession de petites sommes. Et ces 27 centimes, j’ai calculé qu’ils représentent 13% du coût de la première heure de parking, ce n’est pas anodin à l’échelle de notre société".

MyPark va donc examiner les conséquences financières de cette taxe. A ce stade, elle ne prévoit pas de revoir sa tarification mais elle ne l'exclut pas totalement non-plus. La société s’interroge également sur l'équité de la taxe sur les parkings, car la ville a prévu des exonérations. Les parkings de l’UCL et la SNCB par exemple ne sont pas concernés, celui du Bois des Rêves non plus car il relève de la province, un service public. Tout le monde n’est donc pas traité de la même manière, et cela chatouille quelque peu le gestionnaire des parkings de l’Esplanade.

La clinique n’est pas exonérée

Cela pourrait aussi chatouiller la direction de la clinique Saint-Pierre car l'établissement, même s’il assure un service public, n’est pas exonéré. Or ses parkings ne coûtent pas cher à ceux qui les utilisent, l’objectif n’est pas de faire du profit. Le parking de la clinique est surtout payant pour éviter les voitures ventouses et pour décourager les usagers des chemins de fer qui seraient tentés d’y laisser leur véhicule, la gare étant tout proche. La clinique attendra tout de même la notification officielle de la décision du conseil communal avant de prendre position.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK