Ottignies-LLN: conseil communal extraordinaire sur l'extension de l'Esplanade

Le projet d'extension actuel prévoit 20 000m² de surfaces commerciales en plus, sur le côté et à l'arrière de l'Esplanade
2 images
Le projet d'extension actuel prévoit 20 000m² de surfaces commerciales en plus, sur le côté et à l'arrière de l'Esplanade - © Groupe Klépierre

Le projet d’extension du centre commercial L’Esplanade à Louvain-la-Neuve sera-t-il soumis au vote des habitants lors d’une consultation populaire? C’est tout l’enjeu du conseil communal extraordinaire qui aura lieu ce mardi soir.

Particularité: c’est le MR, dans l’opposition, qui est à l’origine de cette convocation. "Un coup de com’ pour exister!", entend-on sur les bancs de la majorité. Il est vrai que le MR aurait pu faire inscrire le point à l’ordre du jour du prochain conseil prévu le 31 janvier, mais il en a décidé autrement, comme le lui permet le code de la démocratie locale. "Il est temps d’atterrir dans ce dossier", expliquait récemment le conseiller communal Cédric Jacquet.

Certains s'étonnent aussi de voir le MR réclamer une consultation populaire, et donc risquer un rejet, sur un projet qu’il soutient. "Nous respecterons la voix des habitants, précisait encore Cédric Jacquet. Cela dit, nous espérons convaincre une majorité d’entre eux du bien-fondé de ce projet".

Quelles questions pour une consultation?

Ce mardi soir, l’opposition présentera les deux questions qu’elle a préparées pour la consultation populaire. Etes-vous favorable, oui ou non, au principe d’une extension du centre commercial? Êtes-vous favorable, oui ou non, au projet tel qu’on le connaît aujourd’hui? Le MR est cependant ouvert à la discussion sur l’intitulé de ces questions, afin que la population puisse exprimer plus précisément ses attentes.

Dans la majorité, on ne rejette pas l’idée de consulter les habitants, bien au contraire. Mais on souligne que la procédure prévue par le code de la démocratie locale ne permet de répondre que par OUI ou par NON aux questions posées. Il faudra pourtant des arguments solides pour justifier un éventuel rejet du projet auprès des fonctionnaires de la Région wallonne (ce sont eux qui se prononceront sur l’octroi du permis, la ville ne rendra qu’un avis). La procédure de consultation populaire ne permettrait pas de dégager de tels arguments.

La majorité s’interroge également sur l’opportunité de consulter la population maintenant, alors qu’aucune demande de permis n’a encore été introduite et que l’étude d’incidence n’est pas terminée. Or, le promoteur devra tenir compte des résultats de cette étude pour finaliser son projet. Difficile dès lors de demander aux habitants de se prononcer sur un projet inabouti.

Consultation populaire et stratégie politique

Pour la majorité, la situation paraît délicate. Valider l’organisation d’une consultation populaire répondrait aux exigences d’une partie de la population et de la plateforme citoyenne constituée autour de l’Association des Habitants de Louvain-la-Neuve. Mais cela pourrait aussi créer des frustrations si les habitants doivent se prononcer sur un projet pas encore finalisé.

A l’inverse, refuser le principe d’une consultation serait du pain béni pour l’opposition qui rêve d’un retour aux affaires à l’issue du scrutin communal du 14 octobre 2018. Le MR ne manquerait pas de rappeler aux électeurs que l’actuelle majorité a refusé de les consulter sur ce projet sensible.

En convoquant un conseil communal extraordinaire, le MR tente donc un coup politique. Et il espère que des dissensions apparaîtront au sein de la majorité, dont plusieurs élus ont exprimé récemment leur souhait qu’une consultation soit organisée.

Dans le débat qui aura lieu ce mardi soir, les élus devront aussi tenir compte d’une disposition importante du code de la démocratie locale. Aucune consultation populaire ne peut avoir lieu dans les 16 mois qui précèdent les élections communales. Si elle a lieu, cette consultation ne pourrait donc être organisée au-delà du 11 juin 2017.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK