Nivelles: blocage de l'entreprise 3M et grève jusqu'à la fin de la semaine

Les salariés de la société 3M, à Nivelles, ont décidé ce matin à l'unanimité de bloquer l'entreprise. Ils dénoncent à nouveau le blocage des négociations avec la direction. Le magasin d'expédition restera fermé jusqu'à mercredi, 15 novembre, jour de la prochaine rencontre.

Rappelons qu’en juin dernier, la direction a annoncé son intention de fermer le site nivellois, qui emploie 107 personnes. 3M fabrique des produits très diversifiés qui vont des post-it aux outils pour l'industrie verrière et automobile. La procédure Renault est en cours pour essayer de trouver un repreneur et négocier un plan social. Mais les travailleurs accusent la direction de faire semblant de chercher un repreneur. Mickaël Bonneau, permanent CGSLB, explique que "les éventuels repreneurs devraient signer des clauses de non-concurrence extrêmement contraignantes qui font qu'ils sont complètement découragés... Tout est fait pour dissuader les éventuels repreneurs pour empêcher que l'entreprise soit reprise par la concurrence."

Les négociations se passent assez mal

Lahoucine Ourhibel, permanent CSC, dénonce les conditions de négociations. "D'un côté il y a 3M qui fait partie des entreprises des plus puissantes des Etats-Unis, cotée en bourse au Dow Jones, qui annonce des bénéfices trimestriels absolument hallucinants. Et de l'autre côté, vous avez des travailleurs licenciés à qui on ne donne aucune garantie d'avenir."

Égratigner l'image de 3M

Avec ce blocage de l'entreprise, enchaîne Mickaël Bonneau "les travailleurs espèrent égratigner un peu l'image de marque de 3M, réveiller un peu les gens et les politiques pour qu'aux Etats-Unis on comprenne que ce qui avait été mis sur la table comme enveloppe au départ, ne correspond pas du tout à ce qui se fait en Belgique en matière de plan social."

La direction affirme qu'elle propose un plan substantiel et équilibré. Elle déplore les actions menées par le personnel à Nivelles. Dans un communiqué, la direction de l'entreprise ajoute que "dans le cadre de la procédure/loi Renault, elle a toujours mené les discussions avec les représentants du personnel dans un esprit d’ouverture. Elle s’engage à limiter au maximum les conséquences au niveau social".

Lundi, une nouvelle assemblée générale est programmée pour mettre au point des actions de sensibilisation. La prochaine réunion avec la direction est prévue dans une semaine.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK