Marc Rézette, nouveau procureur du Roi du Brabant wallon, a prêté serment ce lundi

Marc Rézette (à gauche) est officiellement devenu ce lundi matin procureur du Roi du Brabant wallon, en lieu et place de Jean-Claude Elslander (à droite).
2 images
Marc Rézette (à gauche) est officiellement devenu ce lundi matin procureur du Roi du Brabant wallon, en lieu et place de Jean-Claude Elslander (à droite). - © Hugues Van Peel - RTBF

C’est un fameux changement à la tête du parquet du Brabant wallon. Le substitut Marc Rézette a prêté serment ce lundi matin comme nouveau procureur du Roi. Il succède à Jean-Claude Elslander qui a occupé ce poste pendant 17 ans.

Marc Rézette compte s’inscrire dans les pas de son prédécesseur, dont il salue les grandes qualités professionnelles et humaines. Parmi ses priorités figure l’amélioration de l’accueil du justiciable et des informations qui lui sont communiquées. Le nouveau procureur insiste, par exemple, sur la signification du "classement sans suite".

"C’est un horrible terme, explique-t-il. On a l’impression que le dossier fait l’objet d’un classement vertical, qu’il n’a fait l’objet d’aucune suite. Alors qu’en réalité, le classement sans suite est une décision prise au terme d’un examen du dossier, et souvent suite à la réalisation de devoirs. C’est une décision technique que l’on prend quand on constate que l’auteur n’a pas pu être identifié ou qu’il n’y a pas de charges suffisantes pour pouvoir poursuivre quelqu’un devant le tribunal correctionnel. Donc il faudrait pouvoir changer ce terme, ou l’expliquer pour que le justiciable n’ait pas l’impression que son dossier a été pris par-dessus la jambe."

Une extension du palais de justice, c'est indispensable

Autre priorité pour le nouveau procureur, le suivi du projet d’extension du palais de justice. "Les plans existent depuis de nombreuses années et malheureusement, le dossier est revenu à la case départ. Pourtant la réunion des services judiciaires dans un seul palais est indispensable, d’abord pour les justiciables qui doivent ici à Nivelles courir sur quatre sites différents selon le type de dossier auquel ils sont confrontés. Les avocats ont le même problème. Le parquet est lui-même divisé sur trois sites, ce qui rend les choses plus difficiles. La justice est un droit premier du citoyen belge et elle mérite mieux que ce qu’elle reçoit actuellement".

En matière de politique criminelle, Marc Rézette veut notamment renforcer la prévention des escroqueries au préjudice des personnes âgées et mieux lutter contre la cybercriminalité. Il veut aussi simplifier les procédures entre les services de police et le parquet pour que l’on se concentre sur les enquêtes judiciaires susceptibles d’aboutir à des résultats.

Procureur, un métier varié et enrichissant

Originaire de Bruxelles, le nouveau procureur du Roi a 51 ans. Licencié en droit à Louvain-la-Neuve, il a d’abord été avocat au barreau de Nivelles pendant huit ans, avant d’intégrer le parquet en 2001 comme substitut. Sa désignation est une nouvelle étape dans sa carrière.

"Quand on est avocat et qu'on voit un magistrat de parquet à l'audience, on le trouve souvent aride, demandant l'application de la loi pénale avec beaucoup de sévérité. Mais en réalité, on découvre au parquet que c'est un métier avec beaucoup de nuances, où on doit faire un travail de fond, un travail très humain, on essaie de comprendre les difficultés des gens. C'est un métier très varié qui nous met en contact avec les policiers, les experts, les médecins légistes... Ce sont des choses vraiment très enrichissantes."

Marc Rézette fait apparemment l’unanimité au sein de son équipe, composée de 19 magistrats et d’une cinquantaine d’employés administratifs. Il a été désigné pour un mandat de cinq ans, renouvelable une fois.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK